Gabon : Oyima et la FEG plaident pour la création d’une nouvelle banque publique d’investissements

LE COFFRET

Les Journées de l’Industriel qui se sont ouvertes à Libreville le 10 novembre dernier, ont été l’occasion pour le patronat et les responsables administratifs, d’échanger sur les solutions de sortie de crise dans un environnement économique balbutiant. L’une de ses solutions évoquées notamment par Henri Claude Oyima, PDG de BGFIBank et Président de la FEG (Fédération des entreprises gabonaises), réside dans la « création d’une banque d’investissements, qui peut porter des projets structurants plus longs, et dont le privé peut aussi être actionnaire ».

Face aux nombreuses difficultés qu’éprouvent les entreprises installées sur le territoire national dans leur quête de financement sur le « très long terme », la Fédération des entreprises gabonaises (FEG) vient d’apporter un début de solution. Réunis pour les Journées de l’Industriel, les patrons gabonais ont en effet évoqué l’idée de «  créer une banque d’investissements, qui peut porter des projets structurants plus longs, et dont le privé peut aussi être actionnaire ». 

Consciente du fait que « les banques commerciales, dans tout le dispositif prudentiel que nous avons aujourd’hui, ne peuvent pas financer des crédits à long terme. Parce que dans le jargon commercial, le long terme des banques commerciales est fixé à sept ans et donc au-delà, c’est du très long terme », la FEG par la voix de son président a donc remis sur les rails, l’idée d’une banque publique d’investissement. Un catalyseur qui serait capable de porter des projets de relance économique. 

Capable à la fois de mettre fin « au statu quo que nous avons aujourd’hui », cette banque qui nécessiterait impérativement un système de « gouvernance privée », point sur lequel a insisté le Tycoon gabonais pourrait donc répondre aux défis présents et futurs qui attendent le pays. Pas au goût de tous cela dit, puisque le directeur général de l’Économie, Jean Baptiste Ngolo Allini, y voit un bis répétita de la Banque Gabonaise de Développement (BGD). Cette idée a néanmoins de quoi plaire, quand on sait les difficultés qu’éprouvent l’Etat à financer des projets structurants. 

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Réuni en congrès ordinaire, le RPM veut d’une opposition unie en 2023

Le Rassemblement pour la patrie et modernité (RPM, opposition) tient son premier congrès ordinaire tout au long de ce...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x