mardi, avril 23, 2024
More

    Gabon : personnel inadapté, avantages injustifiées, les dessous de l’ARCEP

    les plus consultés

    Créée par l’Ordonnance n°000008/PR/2012 du 13 février 2012 et ratifiée par la loi n° 006/2012 du 13 août 2012 qui abroge le décret n°0116/PR/MCEN et lui confère un statut d’« Autorité » et non plus d’« Agence », l’ARCEP (Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes) fait partie de ces nombreuses entités au fonctionnement opaque. Comme le révélait d’ailleurs la Cour des Comptes lorsqu’elle affichait une certaine célérité, cette entité dirigée par Lin Mombo, dispose « d’un personnel au profil inadapté à ses missions (…) en plus de l’octroi d’avantages injustifiés ». 

    Quel est l’impact de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) dans l’écosystème numérique? Quels avantages tire le pays de cette ancienne « agence » devenue au fil des ans une « autorité » au cœur du très juteux secteur des télécommunications? Telles sont lds questions qui se posent en regardant de plus près du côté de cette entité dirigée par l’indéboulonnable Lin Mombo. Il faut dire qu’à l’analyse du rapport de la Cour des Comptes daté de 2018, plusieurs observations négatives apparaissent notamment en ce qui concerne le cadre institutionnel et l’analyse des ressources humaines et financières. 

    En effet, relevant entre autre « l’absence d’un laboratoire technique permettant la délivrance des homologations (…) la surimposition dans le secteur de la téléphonie mobile ayant pour incidence un coup de communication élevé, comparativement à la taxation au niveau sous régional (…) ou encore des sanctions pécuniaires prohibitives pour non-respect des engagements contractuels qui ont pour conséquence d’annihiler les possibilités d’investissements des opérateurs du secteur de la téléphonie mobile », la Cour des Comptes avait mis un coup de pied dans la fourmilière. 

    Si l’on y ajoute « l’existence d’un personnel au profil inadapté à ses missions (…) l’octroi d’avantages injustifiés mais également le recouvrement inefficace des restes à recouvrer », il en ressort que cette « Autorité » abuse de son autorité dans un secteur qui devrait pourtant être libéralisé. Offrant aux opérateurs la possibilité d’agir selon leur gré, du fait d’une forme de connivence, l’ARCEP de Lin Mombo, qui en a fait sa chasse gardée, n’est donc pas exempt de tout reproche. A l’image des nombreuses agences créées pour favoriser l’essor de notre économie, elle n’a d’ailleurs jusque-là, pas fait montre de son efficacité en la matière. 

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x