Gabon : près de 60 milliards de fcfa pour le train de vie de l’Etat en 2021

LE COFFRET

La réhabilitation, la construction, et l’équipement des centres pénitenciers, des sièges des institutions et de l’administration seraient-elles plus importantes que la diversification d’une économie en grande difficulté? Telle est la question que l’on serait tenté de se poser au regard des arbitrages plus que polémiques effectués par le gouvernement de la République gabonaise. Il faut dire qu’avec près 60 milliards de fcfa engagés en 2021 pour ce poste contre à peine 21 milliards de fcfa pour la relance de notre économie (pour la diversification chère au chef de l’État), la question vaut son pesant d’or. D’autant plus que dans ses perspectives économiques régionales, la Banque africaine de développement (BAD) soulignait « la nécessité de réformer le système de subventions publiques pour de meilleurs ciblages et affectations ».

Alors que le contexte actuel marqué par de nombreux risques macroéconomiques dont une production pétrolière en forte baisse, nécessitait de la part du gouvernement, la prise d’un ensemble de décisions visant à réduire le train de vie de l’Etat au profit des investissements, celui-ci s’est une nouvelle fois engagé dans un chapelet de dépenses peu utiles sur le moment. Parmi celles-ci, l’on retrouve en bonne place, la réhabilitation, la construction, et l’équipement des centres pénitenciers, des sièges des institutions et de l’administration. Des dépenses globalement évaluées à 55.861.335.543 fcfa dans la Loi de Finance Rectificative (LFR).

En effet, contenus dans l’annexe des investissements fournis par la direction générale du budget et des finances publiques (Dgbfip) en 2021, ces données font notamment apparaître une enveloppe de 4,4 milliards de fcfa pour le pôle “Justice”. 4,4 milliards de fcfa dont 3,4 milliards de fcfa pour la seule administration pénitentiaire, qui ne cesse pourtant d’être décriée du fait notamment des conditions de traitements inhumaines des détenus. Autre pôle grassement nourri par l’exécutif, celui relatif à “l’administration du territoire” qui a bénéficié d’un peu plus de 3 milliards de fcfa de dotations pour des résultats plus que mitigés. 

Si l’on y ajoute les 16,8 milliards de fcfa dédiés au pôle “Pouvoirs publics” dont 8,5 milliards de fcfa au profit de l’assemblée nationale, 4,2 milliards de fcfa au profit de la présidence de la République, ou encore les 25 milliards de FCFA dédiés à la défense (répartis entre l’équipement des forces pour 15 milliards de fcfa et la garde républicaine pour 10 milliards de fcfa), l’on obtient donc une enveloppe globale d’un peu moins de 56 milliards de fcfa. Montant par exemple équivalent à celui nécessaire à une réhabilitation des voiries urbaines qui tatone. 

Quand on sait que dans le même temps ce sont à peine 21.996.642.223 de fcfa dont aura bénéficié le pôle “diversification et opportunité de croissance”, l’on serait tenté de se demander de quelle manière le gouvernement Ossouka Raponda compte affirmer une relance économique toujours attendue. A noter que pour financer ces investissements, ce sont un peu plus de 153 milliards de fcfa qui ont été contractés par l’Etat sous forme de financements extérieurs (Finex). 

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Réuni en congrès ordinaire, le RPM veut d’une opposition unie en 2023

Le Rassemblement pour la patrie et modernité (RPM, opposition) tient son premier congrès ordinaire tout au long de ce...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x