Gabon : une auditrice de la CNSS kidnappée en plein jour, la direction générale et le Sypross réagissent

LE COFFRET

Ferdinand DEMBA
Ferdinand DEMBAhttp://www.insidenews241.com
Passionné de lettres et désormais de chiffres, Ferdinand DEMBA est le directeur de publication d’Inside News241. Journaliste de métier et de convictions, lui et son équipe sont au service d’une information objective, d’utilité publique et au service de la vérité.

Scène digne d’un film d’action hollywoodien ce vendredi « aux abords de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) ». Après avoir, selon plusieurs sources, fait l’objet de menaces et autres manœuvres d’intimidation, une auditrice interne de cette entité a été « kidnappée » ce vendredi 11 novembre 2022. Transportée vers un endroit inconnu où elle aurait subi des sévices corporels de la part de ses ravisseurs, elle a ensuite été redéposée devant son lieu de travail. Une scène hallucinante qui témoigne du climat délétère et inquiétant, qui prévaut au sein de cette entité dont la direction a tenu à réagir via un communiqué publié ce lundi 14 novembre. 

« Menaces, intimidations et maintenant répression, voilà l’envers du décor des réformes engagées à la CNSS ». C’est en ces termes que l’administration provisoire de cette entité a réagi ce lundi 14 novembre suite au « kidnapping » d’une auditrice interne de l’institution. Un événement qui s’est déroulé le vendredi 11 novembre dernier « aux abords de l’institution ». « Séquestrée pendant plusieurs heures » et victime de « sévices corporels », selon plusieurs sources internes, l’auditrice a finalement « été relâchée tard dans la nuit par ses ravisseurs », indique le communiqué officiel. 

« Abandonné devant le portail de l’institution dans un total état de choc », celle-ci aurait été victime de sa volonté et de celle de l’administration provisoire, de faire la lumière sur les malversations et autres nombreux cas de mal-gouvernance enregistrées et qui ont conduit ces derniers mois « à plusieurs missions d’audit pour conduire les réformes nécessaires au redressement de la Caisse ». Conséquence de cet acte ignoble, l’administration provisoire a mis en place « une cellule d’accompagnement psychologique afin d’apporter le soutien nécessaire aux employés face à cette situation déplorable ». 

Réagissant à ce qui s’apparente à une volonté manifeste de nuire, le Syndicat des professionnels de la Caisse nationale de sécurité sociale (SYPROSS), par la voix de son président Richard Ndi Bekoung, a convoqué ce mardi 15 novembre, une assemblée générale extraordinaire, visant à mettre fin à la « mafia » qui règne au sein de cette institution. Appelant par la même occasion les autorités à prendre « leurs responsabilités », le SYPROSS en a appelé « à la solidarité ». 

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Réuni en congrès ordinaire, le RPM veut d’une opposition unie en 2023

Le Rassemblement pour la patrie et modernité (RPM, opposition) tient son premier congrès ordinaire tout au long de ce...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x