Insalubrité, catastrophes naturelles : Ali Bongo exige enfin des actions fortes

LE COFFRET

Alors que les catastrophes naturelles se multiplient en temps de pluies dans notre pays, et alors que les Gabonais semblent s’être habitués à l’insalubrité dans le Grand Libreville notamment, le président Ali Bongo Ondimba entend désormais mettre de l’ordre dans ces deux secteurs. C’est ce qu’il a martelé à son gouvernement récemment, au cours d’une séance de travail aux allures de remontrance.

Le président de la République, Ali Bongo Ondimba a convoqué mardi 29 novembre à Libreville, une séance de travail avec le Premier ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda qu’accompagnaient plusieurs membres du gouvernement. Un moment au cours duquel le chef de l’État a dit son insatisfaction face à plusieurs questions en rapport au bien-être des populations.

Sur l’insalubrité, Rose Christiane Ossouka Raponda a traduit à la presse « la grande colère » du chef de l’Etat, qui appelle désormais chacun à jouer sa partition, pour un environnement sain. « Au cours de cette séance de travail, le chef de l’Etat a fustigé l’insalubrité. En faisant le tour des capitales provinciales, et même du Grand Libreville où nous vivons, il y a de l’insalubrité partout. L’environnement qui devrait être adéquat ne l’est pas. Le gouvernement, les autorités locales, les populations, chacun doit prendre ses responsabilités pour que nous vivions dans un environnement sain. Il faudrait que les villes capitales soient propres. Et le chef de l’État l’a dit en étant très en colère« , a déclaré le Premier ministre. 

La mise en garde d’Ali Bongo Ondimba à l’endroit du gouvernement s’est étendue aux secteurs des infrastructures, de l’habitat et de l’environnement. Le chef de l’Exécutif a ainsi rappelé « la nécessité de mettre en œuvre un plan d’urgence face à la recrudescence des catastrophes naturelles« , notamment les éboulements et les inondations observés dans plusieurs localités du pays. « Vous vous souviendrez qu’il y a eu récemment un éboulement qui a occasionné la mort de plusieurs compatriotes (8 morts au PK8, à Libreville NDLR). Le chef de l’État a demandé d’en finir avec ce genre de situations. C’est terminé ! Il faudrait que l’on mette de l’ordre« , a ajouté le chef du gouvernement. 

Outre ces questions, les dossiers relatifs à l’éducation, à l’économie et à la santé ont également été abordés par le chef de l’Etat et les ministres. Rappelons que cette rencontre s’inscrit dans le cadre des concertations initiées par le président de la République dans l’objectif de voir le niveau d’avancement de la mise en œuvre de son programme d’actions. Si plusieurs Gabonais saluent ce rappel à l’ordre du chef de l’État quant à la résolution d’un certain nombre de problématiques auxquelles ils font face au quotidien, d’autres préfèrent voir cette actualité comme les prémices d’une communication présidentielle à visée électorale. Quoi qu’il en soit, les Gabonais attendent les retombées positives de ces remontrances. 

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Education : la deuxième phase du projet PISE démarre-t-elle bientôt ?

Le ministre des Travaux publics, de l'Équipement et des Infrastructures, Toussaint Nkouma Emane, a eu une séance de travail...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x