lundi, décembre 11, 2023
More

    Gabon/RUR : plus de 20 milliards de fcfa en 2020 et 18 milliards en 2021 pour des nids de poule et du bourbier

    les plus consultés

    Générant plus de 20 milliards de fcfa selon les données de la Direction générale du budget et des finances publiques (Dgbfip) et destinée à la gestion du patrimoine routier et la qualité des carburants, la Redevance d’usure de la route (RUR) constitue une manne importante pour les recettes de l’Etat. Néanmoins, pour les usagers de la route et le contribuable en général, cette taxe prélevée à la source, n’améliore en rien leur quotidien, bien au contraire. 

    Prélevées à la fois par la Société Gabonaise de Raffinage (SOGARA) et par tout importateur agréé de carburants en République Gabonaise, la Redevance d’usure de la route (RUR) devait permettre à l’exécutif d’assurer le financement et l’entretien du patrimoine routier. Inscrite dans la structure des prix des carburants vendus sur le territoire national, celle-ci génère des sommes exorbitantes annuellement. Sommes qui semblent prendre une direction inconnue au regard de l’état actuel du patrimoine routier national. 

    LIRE AUSSI : Gabon : l’axe Ovan-Makokou, un tombeau à ciel ouvert  

    En effet, comme le révélait le rapport d’exécution budgétaire élaboré par les services de la Direction Générale du Budget et des Finances Publiques (DGBFIP), à fin septembre 2020 seulement, ce sont pas moins de 20,3 milliards de fcfa qui étaient collectés au titre de la RUR sur les 1103 milliards de fcfa de recettes budgétaires collectées sur ladite période. Un montant correspondant au tiers du financement obtenu de UK Export Finance et Banco Santander dans le cadre de la réhabilitation des voiries urbaines.

    LIRE AUSSI : Gabon : les députés appellent à la création d’un Compte d’affectation spéciale dédié à l’entretien routier  

    Loin de ses attributions donc, cette RUR payée par les usagers de la route, qui selon les autorités, finance deux programmes à savoir : la gestion du patrimoine routier qui reçoit 90% des ressources collectées et le programme du contrôle de la qualité des produits pétroliers qui en reçoit 10%, peine à assurer ses missions au regard de l’état de délabrement avancé du réseau routier du « Grand Libreville » notamment. Bien que celui-ci subisse partiellement une cure de jouvence pré-électorale. A l’heure où les députés plaident pour la création d’un Compte d’affectation spéciale dédiée à la gestion du patrimoine routier, cette question de la gestion de la RUR mérite d’être posée. 

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    Derniers articles