samedi, avril 13, 2024
More

    La France suspend sa coopération militaire avec le Gabon et se condamne à aller au bout de sa logique 

    les plus consultés

    Si le ministre français des Armées, Sébastien Lecornu a annoncé dans quotidien français « Le Figaro » la suspension de la coopération militaire avec le Gabon suite au « coup d’Etat militaire » du 30 août dernier qui a renversé le président Ali Bongo Ondimba qui voulait briguer un troisième mandat, cette sortie engage désormais aux yeux de l’opinion internationale et nationale la France à la cohérence. 

    Ce d’autant plus que cette déclaration du gouvernement français condamne en effet le pays à mettre un terme au reste des contrats léonins que la France politique et françafricaine a paraphé avec les premiers responsables politiques de ses anciennes colonies pour spolier et plonger ces dernières dans la misère et la promiscuité continue depuis des plusieurs décennies. Faut-il rappeler au passage que quatre cents soldats français sont stationnés en permanence au Gabon ?

    Pourtant, le ministre Lecornu reconnaît que le coup d’Etat gabonais n’est en rien comparable à celui du Niger et qu’il pourrait même être légitime. « La France condamne tous les coups de force (…) Pour autant, nous ne pouvons pas mettre sur le même plan la situation au Niger, où des militaires illégitimes ont destitué un président légitimement élu, et celle du Gabon, où le mobile avancé par les militaires est précisément le non-respect de la loi électorale et de la Constitution. Car de fait, et, je pèse mes mots, il existe des doutes sur la sincérité des élections dans ce pays », a confié le ministre français au Figaro.

    En tout cas, le fait est désormais tel que si Sébastien Lecornu a officiellement annoncé la fin de la coopération militaire avec le Gabon, alors que via cette dernière, la France exigeait au pays d’être son seul partenaire militaire, le gouvernement d’Emmanuel Macron devrait aussi le faire pour les coopérations économiques nuisibles aux Gabonais et précédemment dénoncés par le Mali, le Burkina Faso et plusieurs autres anciennes colonies.

    Sinon, comment comprendre que les autorités françaises mettent fin à la coopération militaire si rapidement avec le Gabon et maintiennent à contrario le pays sous le joug de liens de coopérations économiques qui entravent le développement de ce petit pays d’Afrique centrale ? De toute évidence, la démarche entreprise par les autorités françaises serait illogique si elle n’annule pas sa coopération monétaire par exemple au travers de laquelle elle  confisque depuis des siècles à son trésor 50% de ses réserves de change.

    Dans tous les cas, la France sera dans un avenir très proche ou lointain forcée par la partie gabonaise à rompre ces accords économiques. 

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x