mardi, avril 23, 2024
More

    L’ANUTTC suspend les procédures de régularisation foncière initiées au profit des personnes étrangères et des Gabonais naturalisés

    les plus consultés

    C’est via une note d’information datée du 13 octobre 2023 que le directeur général de l’Agence nationale de l’urbanisme, des travaux topographiques et du cadastre (ANUTTC), Dexter Meye M’Obiang, a rendu public la suspension momentanée de toutes les procédures de régularisation foncière initiées sur l’ensemble du territoire national au profit des personnes étrangères et des Gabonais naturalisés. 

    « Il est porté à la connaissance de l’ensemble des usagers de l’Agence nationale de l’urbanisme, des travaux topographiques et du cadastre (ANUTTC), que dans le cadre de la mise en œuvre de la réglementation foncière, toutes les procédures de régularisation foncière initiées au profit des personnes étrangères et des Gabonais naturalisés sont momentanément suspendues », a annoncé le directeur général de l’Agence, Dexter Meye M’Obiang. 

    La suspension desdites procédures engagées par les Gabonais naturalisés et par les personnes étrangères fait suite à l’annonce du président de la transition, le général Brice Clotaire Oligui Nguema qui avait indiqué peu de temps après sa prise de pouvoir que « la vente des terres aux non-nationaux est interdite en République gabonaise ».

    Il faut dire que sous l’ancien régime, plusieurs expatriés proches du pouvoir et plusieurs Gabonais naturalisés dans des conditions douteuses s’étaient accaparés de plusieurs hectares de terrains et d’autres allaient jusqu’à chasser des Gabonais autochtones de leurs terres ancestrales. Certains Gabonais nouvellement naturalisés procédaient même à la vente de terrains aux Gabonais d’origines prétextant revendre des terrains ancestraux.

    Les Libanais eux se présentaient parfois un matin devant des familles avec des titres fonciers indiquant que des terrains sur lesquels des familles gabonaises avaient passé des siècles durant les appartenaient. La situation est telle qu’à la capitale gabonaise Libreville, les Gabonais sont logés chez des Camerounais et autres expatriés et à des coûts exorbitants. Les Gabonais devenaient timidement étrangers dans leur pays. Ils en étaient venus à dénoncer impuissamment cette situation mais rien ne changeait. 

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x