mardi, juillet 16, 2024
More

    «Le Gabon a le potentiel de promouvoir de nouveaux secteurs dans l’économie verte», selon la Banque mondiale

    les plus consultés

    Champion de la biodiversité et des défis liés au changement climatique, pionnier continental en matière de vente de crédits carbone, positionné en ardent défenseur du climat à travers la conduite d’une série d’actions en faveur d’une économie verte et considéré comme le « dernier jardin d’eden », le Gabon a « le potentiel de promouvoir de nouveaux secteurs dans l’économie verte ». C’est ce que révèle le récent mémorandum de la Banque mondiale sur les perspectives de l’économie gabonaise.

    Profitant notamment de vastes réserves de pétrole et de gaz et d’une abondance de ressources naturelles (pétrole, forêts et terres arables capable d’en faire un maillon fort en terme d’agriculture et d’élevage), le Gabon dispose également du « potentiel de promouvoir de nouveaux secteurs dans l’économie verte ». Comme vient de le démontrer la Banque mondiale dans son mémorandum sur notre économie, le pays pourrait grâce à des politiques et des réformes ambitieuses s’appuyer dans les toutes prochaines années sur « une croissance plus verte et inclusive ». 

    En effet, en « investissant dans le développement du capital humain par l’amélioration du système d’éducation nationale, la promotion de qualifications et de compétences alignées sur le marché du travail, le renforcement du secteur de la protection sociale (…) mais également la promotion de la diversification du commerce et la qualité du climat des affaires » comme le recommande l’institution internationale, le Gabon pourrait profiter des retombées économiques en « verdissant » sa croissance. 

    Réduisant également sa dépendance aux fluctuations des marchés internationaux, aux importations, cette stratégie déjà entamée à travers une série d’actions en faveur d’une économie verte et orientée autour des secteurs de l’agriculture, des mines, de la gestion durable des ressources halieutiques et forestières, de l’énergie propre et de l’écotourisme, pourrait donc grandement contribuer au développement tant voulu par les populations. Déjà engagé dans la protection des forêts et la réduction des émissions de gaz à effet de serre, le pays pourrait et devrait donc raffermir ses positions en verdissant un peu plus son économie. Reste à savoir si la volonté politique sera au rendez-vous. 

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x