lundi, juillet 22, 2024
More

    Législatives partielles 2022 : avec 3 nouveaux sièges, le PDG passe à 99 députés sur 143

    les plus consultés

    Au terme des élections législatives partielles organisées samedi dernier, le Parti démocratique gabonais (PDG) l’a emporté au premier tour dans les trois circonscriptions électorales autrefois aux mains de l’opposition, notamment au 2e siège du département de la Zadié (Mékambo) dans la province de l’Ogooué-Ivindo, au 1er siège du département de l’Ogoulou (Mimongo), dans la Ngounié, et au siège unique du 1er arrondissement de la commune de Tchibanga (Nyanga). Toute chose qui porte le nombre de députés du PDG à 99 sur les 143 que compte l’Assemblée nationale du Gabon, en attendant la confirmation du vote par la Cour constitutionnelle.

    Dans les détails, au 1er arrondissement de Tchibanga, le candidat du PDG Jean-Charles Yembit Yembit l’a emporté avec 76,31 % des voix, selon les résultats provisoires rendus publics par la Commission électorale départementale. Il est suivi de Marie-France Manomba Boulingui du parti Les Démocrates (LD), avec 30,71 %. Les indépendants Marie-Stéphanie Mouyti, Aristide Mamfoumbi et Crépin Thérance Mouloungui ferment la boucle avec des scores marginaux, respectivement 7,07 %, 1,81 % et 1,12%.

    Dans le département de la Zadié, Franck Atabi Bokamba Ndombi du PDG, aux prises avec Marcel Dibadibadi du Parti social-démocrate (PSD), a raflé 1 137 voix sur 1 649 votants, pour un score de 77, 40 %. Au 1er siège du département de l’Ogoulou enfin,  le Dr Charles Sadié du PDG a obtenu 52,92% des suffrages. Il est suivi de l’indépendant André Mbigou qui a récolté  un pourcentage de 29,48 %. Senturel Ngoma Madoungou du RPM (Rassemblement pour la Patrie et la Modernité) arrive en troisième position, avec 11,44 %. L’indépendant Alain Bisselo arrive dernier avec 1,76 %. 

    À 15 mois de la fin de mandat de l’actuelle législature à l’Assemblée nationale, ce scrutin, selon certains analystes, représentait un ballon d’essai pour le parti au pouvoir, avant la présidentielle de 2023. Un test surtout pour son nouveau secrétaire général, Steeve Nzegho Dieko, dont c’était le premier challenge électoral depuis sa nomination il y a près d’un an. Même si dans les faits, rappellent d’autres observateurs, les réalités diffèrent complètement d’une élection à une autre. 

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x