Lettre ouverte de Janis Otsiemi au SG du PDG : « Je vous exhorte à ne pas investir M. Ali Bongo Ondimba comme candidat du PDG à présidentielle de 2023 »

LE COFFRET

Dans une lettre ouverte adressée au secrétaire général du Parti démocratique gabonais (PDG), ce mercredi 23 novembre 2022, dont Inside News241 a reçu copie, l’écrivain Janis Otsiemi l’invite à peser de son poid pour la renonciation de la candidature du Chef de l’État à un troisième mandat à la présidentielle 2023. Le romancier, Prix du Premier Roman Francophone 2000 pour « Tous les chemins mènent à l’autre », Prix du roman gabonais 2010 pour « La vie est un sale boulot » et Prix Dora Suarez 2017 pour « Les voleurs de sexe » persiste et signe. Nous publions intégralement ladite lettre ouverte.

« Libreville, le 23 novembre 2022

Lettre ouverte à M. Steeve NZEGHO Dieko

Secrétaire General du Parti Démocratique Gabonais

Quartier Louis

Libreville

Monsieur le Secrétaire Général,

Je m’appelle Janis Otsiemi. J’ai 46 ans. Je suis écrivain. Je ne suis ni militant ni sympathisant du Parti Démocratique Gabonais dont vous êtes l’actuel Secrétaire Général. C’est donc en tant que citoyen que je me permets de vous adresser une lettre ouverte par la voie des médias et des réseaux sociaux afin d’attirer votre attention particulière sur une situation qui engage le destin de notre pays.

Dans quelques mois, les Gabonais seront appelés aux urnes pour élire leur prochain président de la République. Plusieurs militants et sympathisants du Parti Démocratique Gabonais appellent le président Ali Bongo Ondimba à se présenter à sa propre succession et lui promettent une victoire cash a l’élection présidentielle de 2023. La Constitution le lui permet s’il le souhaite.

Monsieur le Secrétaire Général,

Depuis octobre 2018, à la suite de l’accident vasculaire cérébral du président Ali Bongo Ondimba, le Gabon traverse une période de turbulences et d’incertitudes. Le jeu d’apparences autour de l’état de santé réel du chef de l’Etat préoccupent et interrogent vos concitoyens. M. Ali Bongo Ondimba a-t-il encore les capacités physiques et intellectuelles pour battre une campagne, assumer les fonctions de président de la République pour un nouveau mandat de 7 ans ?

Les images du président de la République vacillant sur le perron de l’Elysée ou peinant à marcher lors de ses nombreux déplacements à l’étranger comme à l’intérieur du pays ont fini par nous convaincre du contraire.

Nonobstant son état de santé fragile, M. Ali Bongo Ondimba n’a pas de bilan à défendre pour légitimer une énième candidature à la présidence de la République à l’élection présidentielle de 2023.

Monsieur Ali Bongo Ondimba a perdu la bataille contre la corruption. Il n’y a jamais eu autant de scandales de détournement de deniers publics que sous ses deux mandats. M. Ali Bongo Ondimba a échoué à reformer les systèmes de santé et éducatif. Monsieur Ali Bongo Ondimba a échoué dans sa politique de logement. Loin d’être un bâtisseur, en réalité, il s’est révélé comme un marchand de sommeil. Ses pluies de promesses en la matière sont restées des vœux pieux. M. Ali Bongo Ondimba a échoué dans sa volonté de doter le Gabon d’un réseau routier viable. Plus d’un demi-siècle après notre indépendance, nos routes ressemblent à des planchers de vaches. La litanie est longue.

Monsieur le Secrétaire Général,

L’échec de M. Ali Bongo Ondimba est le vôtre aussi. Celui du Parti démocratique Gabonais au pouvoir depuis plus d’un demi-siècle.

L’échec de M. Ali Bongo Ondimba est le vôtre aussi. Celui d’un parti prédateur au service de ses dirigeants au détriment de la masse dont ses propres militants et sympathisants font partie. Quel cynisme !

Monsieur le Secrétaire Général,

J’en appelle donc à votre conscience, à votre sens des responsabilités, à celui de vos militants et sympathisants, à celui des membres instances du Parti démocratique gabonais.

Les Gabonais ont durant ces 13 dernières années supporter le président Ali Bongo Ondimba comme un mal nécessaire. Ils ne sacrifieront pas 7 ans de plus de leurs vies pour servir ses intérêts personnes et ceux de son clan dont il est aujourd’hui l’otage.

Monsieur le Secrétaire Général,

Je vous exhorte à ne pas investir M. Ali Bongo Ondimba comme candidat du Parti démocratique gabonais à l’élection présidentielle de 2023.

Je vous prie de croire, Monsieur le Secrétaire Général, en l’assurance de ma profonde considération. »

Janis Otsiémi

Ecrivain

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Réuni en congrès ordinaire, le RPM veut d’une opposition unie en 2023

Le Rassemblement pour la patrie et modernité (RPM, opposition) tient son premier congrès ordinaire tout au long de ce...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x