jeudi, février 22, 2024
More

    Nécrologie : Vyckos Ekondo, le roi du Tandima, a tiré sa révérence

    les plus consultés

    C’est par le biais d’un poste sur sa page Facebook que Lauriane Ekondo a annoncé le décès de son père, le célèbre musicien gabonais Vyckos Ekondo. Il est décédé dans la nuit de dimanche à lundi à Casablanca au Maroc.

    « C’est avec une profonde tristesse que je vous annonce le décès de notre père, Vyckos Ekondo, survenu dans la nuit d’hier à Casablanca, au Maroc. Notre père a consacré sa vie à l’art et à la musique, laissant derrière lui un héritage musical riche et profondément ancré dans la culture gabonaise. Sa voix unique, sa passion inextinguible et son engagement envers la préservation de nos traditions ont touché de nombreux cœurs.

    En tant que père et mentor, Vyckos Ekondo restera à jamais dans mon cœur et dans ceux de nombreux autres. Sa musique continuera de résonner, rappelant sa contribution exceptionnelle à notre patrimoine.

    Nous honorerons la mémoire de Vyckos Ekondo lors d’une cérémonie spéciale qui lui rendra hommage. Je vous remercie pour vos pensées et prières durant cette période difficile.

    Repose en paix, papa. Ton héritage et ta musique illumineront toujours nos vies », a posté sa fille  Lauriane Ekondo.

    Vyckos Ekondo était un artiste musicien gabonais né en 1951. Auteur compositeur, il a créé un style de musique et une expression culturelle : le Tandima, un ensemble de danses et de chants traditionnels du Gabon profond où l’homme et la nature sont en parfaite harmonie.

    En 1969, alors qu’il est âgé de 18 ans, Vyckos Ekondo entame sa carrière musicale au Lycée Léon M’Ba de Libreville. Il poursuit ses études au Canada et revient au pays pour devenir très vite une des valeurs montantes de la scène gabonaise. 

    Adoré des enfants, il crée et anime l’une des plus grandes émissions de la télévision gabonaise, « L’idole du dimanche », qui a longtemps été le creuset de lancement de la plupart des jeunes artistes, ceux qui font aujourd’hui honneur à la musique gabonaise. 

    En 1985, il imagine le Tandima, avec pour but de revaloriser la culture gabonaise ancestrale, de révéler sa spécificité à travers un spectacle mêlant la musique d’inspiration traditionnelle et la danse d’inspiration initiatique.

    Vyckos Ekondo cherche à rassembler les signes et symboles lyriques et chorégraphiques de la plupart des 45 ethnies du Gabon. Depuis 1992, Vyckos et le Tandima représentent la culture traditionnelle gabonaise dans de nombreux festivals internationaux.

    Un artiste ne meurt pas. Il repose auprès de ses pairs, en paix.

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x