samedi, avril 13, 2024
More

    Projet de société : Ali Bongo Ondimba entend faire signer un « pacte » aux Gabonais 

    les plus consultés

    Après leur avoir promis un « avenir en confiance », une émergence à l’horizon 2025 basée sur le Gabon industriel, le Gabon des services, le Gabon vert et plus récemment « une transformation de notre économie », Ali Bongo Ondimba entend désormais sceller un « pacte » avec les Gabonais. Dans un nouveau programme de société aux allures de miroir aux alouettes, celui qui sort de deux mandats jugés « catastrophiques » par l’opposition et les faits, entend désormais « bâtir un nouveau pacte social républicain (…) en instaurant des réponses immédiates pour vivre mieux ». Un pacte basé sur pas moins de 87 promesses.  

    Alors que 92 des 105 promesses faites en 2016 demeurent en suspens, soit plus de 96%, Ali Bongo Ondimba, candidat d’un parti au pouvoir aux allures de parti unique, vient d’en faire de nouvelles. Comme on peut le lire dans son programme de société, ce sont pas moins de 87 promesses qui viennent d’être une nouvelle fois faites aux Gabonais. Ainsi, alors que la situation économique actuelle demande des réformes structurelles rigoureuses, le candidat du PDG promet par exemple de « doubler les allocations familiales de 5000 à 10000 FCFA par mois ». 

    Outre cette promesse pour le moins farfelue pour un pays qui peine à assurer les pensions de ces retraités, le candidat du PDG entend tripler l’allocation rentrée scolaire de 5000 à 15000 fcfa, étendre la gratuité des transports aux différentes capitales provinciales ou encore plafonner les prix des loyers et des denrées alimentaires (deux éléments quasi impossible à réaliser étant donné que l’Etat gabonais n’a pas été en mesure de construire les logements promis depuis 2009 et que la quasi totalité des denrées alimentaires sont importées). 

    Dans son élan d’ambition sociale, Ali Bongo Ondimba pour qui, tout semble aller pour le mieux, souhaite également étendre la couverture maladie universelle en lançant le fonds 4 de la CNAMGS, réduire de 25% les frais de scolarité dans les écoles publiques (alors que celles-ci sont de moins en moins fréquentées du fait d’une insécurité criarde), ou encore encourager l’entrepreneuriat à travers l’accès aux micro-crédits à plus de 10 000 bénéficiaires. Vous l’aurez compris, l’homme aux deux mandats mitigés, souhaite aller encore plus loin. 

    Misant sur un « ambitieux » programme national d’autonomisation et de renforcement de l’employabilité (PNARE), Ali Bongo Ondimba promet par ailleurs d’offrir plus de 30000 contrats d’insertion-emploi, de fluidifier l’attribution des compteurs d’eau et d’électricité (en misant possiblement sur la création d’une nouvelle entité outre que la SEEG) et surtout mettre fin aux gaspillages de deniers publics. Autant dire que s’il est réélu au soir du 26 août prochain, Ali Bongo Ondimba fera en cinq ans, ce qu’il n’a pas été en mesure de faire en 14 ans, très ambitieux. 

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x