mardi, mai 21, 2024
More

    Ogooué Ivindo : faute de moyens, les organisateurs du CEP forcés à une marche périlleuse

    les plus consultés

    Dans le département de l’Ivindo, dans la province de l’Ogooué-Ivindo, un incident révélateur des lacunes administratives a frappé les préparatifs du Certificat d’études primaires (CEP). Le dimanche 12 mai, à deux jours seulement des épreuves, les organisateurs du CEP se sont retrouvés dans une situation critique et inattendue. En l’absence de véhicules et de budget suffisant pour leur transport, ils ont dû parcourir plusieurs kilomètres à pied à travers une forêt dense.

    Faute de moyens financiers pour assurer leur transport, le chef de circonscription scolaire de l’Ogooué-Ivindo centre a été contraint de débourser de sa propre poche pour permettre aux organisateurs de voyager à bord d’un véhicule assurant la liaison Makokou-Mayibouth, soit une longue distance à parcourir. Cependant, le voyage a été interrompu brusquement à l’entrée de Belinga, à vingt kilomètres de leur destination finale, Mvady. Débarqués contre leur gré, les trois membres du centre d’examen ont dû poursuivre le chemin à pied, malgré les dangers potentiels d’une forêt connue pour abriter des espèces animales féroces.

    Conséquences du bricolage administratif

    Cette mésaventure met en lumière le dysfonctionnement administratif persistant dans la gestion de l’éducation à Makokou. Selon des informations recueillies par nos confrères de Top Infos, les fonds envoyés par le ministère de l’Éducation nationale pour organiser le CEP n’ont pas été utilisés à bon escient et leur destination reste inconnue. Cette situation a exacerbé le mécontentement et suscité des appels croissants au remplacement des responsables de la Direction d’Académie Provinciale (DAP) de Makokou.

    Répercussions et réactions

    L’incident a renforcé les critiques envers l’administration locale, accusée de négligence et de mauvaise gestion des ressources. Les voix s’élèvent de plus en plus pour réclamer des changements immédiats dans la direction de l’académie provinciale afin de garantir que de tels incidents ne se reproduisent pas et que les fonds alloués aux projets éducatifs soient gérés de manière transparente et efficace.

    Un système à réformer

    L’odyssée forcée des organisateurs du CEP dans l’Ivindo n’est que le symptôme d’un système éducatif en détresse, où la priorité semble rarement donnée à la logistique et au bien-être des personnels impliqués. Cet événement souligne l’urgence de réformer et de renforcer la surveillance des fonds publics pour les projets éducatifs, afin de garantir que les ressources parviennent réellement à ceux qui en ont besoin.

    En conclusion, cette situation critique appelle à une prise de conscience et à des actions concrètes pour améliorer la gestion administrative et financière dans le secteur de l’éducation. Il est essentiel d’assurer que les organisateurs, comme les étudiants, bénéficient des conditions nécessaires pour accomplir leur mission dans des conditions optimales.

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x