jeudi, mai 30, 2024
More

    One Forest Summit : les engagements des entreprises et des gouvernements

    les plus consultés

    La 1ère journée du One Forest Summit à Libreville au Gabon, qui a démarré hier n’a pas été que le lieu de beaux discours. Les chefs d’État et chefs d’entreprises qui ont honoré de leur présence se sont engagés, pour la protection de la forêt du bassin du Congo, un des derniers poumons forestiers au monde après la forêt amazonienne et les forêts d’Asie du Sud-Est.

    En marge des premières 24h du One Forest Summit, la France s’est engagée à mobiliser des fonds pour la réhabilitation de la décharge de Mindoubé en un centre de déchets et de tri aux normes internationales.

    L’engagement a été formalisé par la signature d’un accord avec la partie gabonaise représentée par Nicole Roboty ép. Mbou, ministre de l’Économie et de la Relance et Yannick Sonnet, haut commissaire à l’Environnement et au Cadre de Vie. L’Objectif de l’accord est de lutter au côté des autorités gabonaises contre la pollution de l’environnement, l’insalubrité et d’améliorer la qualité de vie de la population de Libreville. 

    Aussi, pour dynamiser l’engagement des entreprises, le ministre français de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, Christophe Béchu, a participé aux travaux sur le pilier de la promotion de chaînes de valeur durables et au forum business du 2 mars qui permettra l’engagement du secteur privé. 

    Ce qui est sûr, après l’entretien que les responsables des entreprises exerçant dans le secteur bois et autres auront avec le ministre français de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, ainsi que son homologue gabonais, le Pr Lee White, les entreprises devraient s’engager à respecter les normes d’exploitation en vigueur dans le pays pour une utilisation durable des ressources forestières.

    Elles devraient également contribuer dans cette lutte pour la présentation de la forêt du bassin du Congo, et par conséquence du climat, en se soumettant à la fiscalité dont les autorités peaufinent la mise en œuvre depuis un moment.

    L’importance de ce sommet, au-delà des mots

    En somme, il faut tout de même rappeler, s’il en était besoin, que le Bassin du Congo est le deuxième massif forestier et poumon écologique de la planète, derrière l’Amazonie. Grâce à ses 220 millions d’hectares de forêts répartis entre la République démocratique du Congo, le Congo-Brazzaville et le Gabon, le bassin du Congo s’étend sur 3,7 millions de km² et représente 10 % du CO2 capté par les végétaux dans le monde.

    D’ailleurs, le ministre des Eaux et Forêts, de la Mer, de l’Environnement, chargé du Plan Climat et du Plan d’affectation, le Pr Lee White n’a pas manqué partager sa fierté pour le rôle que joue le Gabon dans la protection de l’environnement. « Chaque seconde, le Gabon capte 3 tonnes de CO2. On est en bonne voie vers une économie durable », a-t-il assuré en marge du One Forest Summit.

    Les conclusions de ce sommet devraient apporter des réponses aux enjeux climatiques du moment. C’est en tout cas ce qu’espèrent la plupart des participants. 

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x