Plateforme Alternance 2023 : attention au ver dans le fruit !

LE COFFRET

C’est en résumé ce que craint Bertrand Zibi Abeghe, face à la composition de cette nouvelle plateforme d’opposition aussi dense qu’hétéroclite. Une méfiance issue, dit-il, de la duplicité légendaire de certains acteurs qui composent l’ossature de ce regroupement appelé à porter le changement à la tête du Gabon en 2023. 

Construite autour de plusieurs formations  (une quarantaine) et personnalités politiques de l’opposition et de la société civile, « Plateforme Alternance 2023 » a été portée sur les fonts baptismaux ce mardi 3 janvier 2023, à travers la signature d’un « pacte d’engagement et de confiance ». Ce « cadre de concertation et d’actions communes » vise l’alternance à la tête du Gabon dès la présidentielle de 2023. Il sera ainsi question pour les signataires, de « ne plus trahir l’ambition de vivre l’alternance politique et, surtout, le changement de gouvernance à la présidence de la République, au Parlement et au sein des pouvoirs locaux », précise-t-on dans le document signé.

La présidente de l’Union nationale (UN), Paulette Missambo, a été plébiscitée à la tête de cette organisation. Elle est respectivement secondée, dans le bureau de la conférence des présidents, par six vice-présidents que sont Pierre Claver Maganga Moussavou du Parti social démocrate (PSD), Séraphin Akure Davain et Guy Nzouba-Ndama de Les Démocrates (LD),  de Bonaventure Nzigou Manfoumbi du Front d’égalité républicaine (FER), Laurent Angue Mezui du Rassemblement pour le Gabon (RPG),  Joachim Pambo Mbatchi du Front démocratique et républicain (FDR), et de Jacques Adiahenot de l’Organisation de la société « Gabon d’abord».

Le regroupement comprend également cinq porte-paroles. Il s’agit de Thierry d’Argendieu Kombila de l’Union national des forgerons (UNAF), François Ndong Obiang de Réappropriation du Gabon, de son indépendance pour sa reconstruction (REAGIR),  Théophile Makita Niembo du Rassemblement pour l’alternance pacifique et l’indépendance démocratique (RAPID), Nancy Nkolo Quentin de Mongaryas du Front démocratique et culturel (FDC), et de Richard Moulomba Mombo de l’Alliance pour la renaissance nationale (ARENA).

La plateforme a un Comité de coordination dirigé par le Secrétaire exécutif de l’Union nationale (UN), Minault Maxime Zima Ebeyard. Ce dernier est secondé par trois coordinateurs adjoints : Jean Robert Goulongana du Rassemblement pour la patrie et la modernité (RPM), Jean Valentin Leyama de REAGIR, et Martin Boundzanga, vice-Président du RPG.

A ceux-là s’ajoutent quatre rapporteurs, à savoir : Christian Ngounda de l’Union pour le progrès national (UPN), Stépharette Andong du parti Gabon nouveau (GN), de l’Evêque Mike Steeve Jocktane, de Leonel Okouyi (UPN) et de Jean Romain Mboumba du Mouvement politique orange (MPO).

Enfin, le nouveau regroupement a deux trésoriers qui sont Christian Zhé Moro du RPG,  et Bernard Nkoume Essono du FRG.

Si cette plateforme de l’opposition a de quoi séduire les partisans de l’alternance, pour sa densité et son caractère hétéroclite, certains acteurs politiques préfèrent s’en tenir à distance. C’est le cas de l’opposant Bertrand Zibi Abeghe qui, depuis les États-Unis où il se trouve, a dit se méfier de la duplicité de  certains de ses membres.  

« […] Je préfère garder les rapports privilégiés que j’ai avec certaines personnalités de ce regroupement. Mais autant je n’ai pas accepté les propositions mirobolantes d’Ali Bongo en six ans de prison, afin que je change de bord, autant je n’accepterai pour rien au monde de m’associer à des gens qui aujourd’hui viennent dans cette opposition pour se faire voir, et repartir demain vers ce qu’ils ont vomi. Je continue de me battre pour la démocratie dans mon pays, afin que le vainqueur des prochaines élections présidentielles puisse siéger au Palais du bord de mer. Mais je préfère aller laver les voitures à la gare-routière, planter mes bananes a Bolossoville, que de m’asseoir avec certaines personnes qui composent l’ossature de cette plateforme, et qui nous ont trahis depuis trop longtemps. J’en appelle à Paulette Missambo, Jacques Adiahenot, Edmond Okemvele, Barro Chambrier. Soyez vigilants quant à votre stratégie. Vous avez volontairement mis le vers dans le fruit. Vous avez mis les crabes ensemble. Attention, le peuple ne l’accepterait pas« , a-t-il déclaré. 

Gageons que les jours prochains donnent un peu plus de lecture et de sérénité à la plateforme Alternance 2023, qui se veut historique pour l’opposition gabonaise.

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Gabon : les victimes d’AVC pourront désormais retrouver la motricité des parties du corps paralysées

Grâce à l'Unité neuro-vasculaire (UNV) du CHU de Libreville qui pratique depuis 2021 les opérations de thrombolyse, les victimes...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x