lundi, juillet 22, 2024
More

    Projet de société : Raymond Ndong Sima promet «un nouveau départ» entre réformes des institutions et renforcement de la coopération avec la sous-région

    les plus consultés

    Candidat à la présidentielle du 26 août prochain, Raymond Ndong Sima, ancien Premier ministre et économiste reconnu, entend privilégier « un nouveau départ » s’il est élu à la magistrature suprême. Entre réforme des institutions pour un rééquilibrage des pouvoirs, réforme de l’administration publique, promotion d’un autre modèle économique, renforcement et sécurisation de la solidarité dans la société et volonté de rétablir de plus grandes synergies avec le reste de la sous-région, le candidat veut sortir le pays de l’ornière. 

    Après l’élection de 2016, Raymond Ndong Sima entend une nouvelle fois briguer le fauteuil présidentiel face à un Ali Bongo Ondimba dont la politique nationale est de plus en plus impopulaire. Misant sur un nouveau paradigme, l’homme de 68 ans, qui a fait toutes ses classes dans l’administration avant d’être choisi pour le poste de Premier ministre du 27 février 2012 au 24 janvier 2014, entend notamment « rééquilibrer les pouvoirs entre l’exécutif, le législatif et le judiciaire » tout en « rétablissant l’administration publique dans sa fonction principale de facilitateur et de support de l’action du pouvoir exécutif ». 

    En effet, partant du constat que les infrastructures économiques sont dépassées et dans beaucoup de cas défaillantes, que l’endettement croissant de l’État ne se reflète pas suffisamment sur le terrain, ou encore que l’appareil économique n’est pas en phase avec la démographie et l’arrivée sur le marché du travail des jeunes sortant des écoles et centres de formation, l’économiste privilégie donc dans son programme de société, « un nouveau départ ». Un contraste saisissant avec le projet de société du candidat Ali Bongo Ondimba, qui lui entend « poursuivre son œuvre » bien que celle-ci ait clairement montré ses limites. 

    Optant pour un autre modèle économique avec une composante endogène plus importante, celui qui avait tenté durant son passage à la primature, de faire place à une jeunesse mieux formée qu’avant et mieux à même de résoudre les problématiques économiques actuelles pour peu qu’on lui fasse de la place, souhaite s’il est élu au soir du 26 août prochain, changer d’approche. Une promesse basée là encore sur les nombreux constats d’échecs de l’équipe dirigeante sortante et qui, là encore, contraste avec le programme de société de celui qui « veut forger un nouveau pacte social républicain ». 

    Dans un pays surendetté et où la soutenabilité de l’encours pose de plus en plus de problèmes d’ordre à la fois structurels et infrastructurels, reste à savoir si les Gabonais opteront pour cette nouvelle approche basée sur une plus grande inclusion financière ou au contraire, s’ils privilégieront les nouvelles promesses faites par Ali Bongo Ondimba, qui entend donc poursuivre son œuvre, ou encore celles des autres candidats à cette élection. 

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x