jeudi, mai 30, 2024
More

    Samu Social Gabonais : licenciés abusivement, des ex-agents manifestent leur colère au siège de la structure

    les plus consultés

    Les ex-agents du Samu social gabonais réunis en association et en litige juridique avec la structure sanitaire ont fait irruption ce mardi 26 septembre au siège de Libreville pour manifester leur mécontentement par rapport à leurs primes et salaires impayés depuis plus de 5 ans. 

    Afin de manifester leur ras-le-bol, les anciens agents déflatés du Samu social gabonais ont envahi le siège de ladite structure mettant dehors des patients venus de partout pour se faire soigner gratuitement. Cet énième épisode fait suite au mouvement d’humeur des agents de l’antenne de Port-Gentil qui eux aussi ont manifesté leur ras-le-bol face à la situation difficile qu’ils vivent dans la capitale économique du pays.

    Selon un des agents en colère, les  médecins du Samu social sont souvent des internes ou des médecins fraîchement sortis de l’USS (Université des Sciences de la Santé) et au chômage. Ces agents ne bénéficient d’aucune couverture sociale. Ils ne cotisent pas à la CNSS (Caisse nationale de sécurité sociale) et pour cause, ils n’ont aucun contrat les liant au Samu social. Ils subissent les coupures de salaires, et les suspensions injustifiées à la moindre plainte constituent le quotidien de ces agents interchangeables qui défilent au Samu social. 

    Comment expliquer que cette structure sanitaire, qui fait travailler des Gabonais souvent jusqu’à pas d’heure, ne comporte aucun service de comptabilité ? Comment justifier la suspension systématique des employées parce qu’elles seraient enceintes ? Selon des sources internes, cette situation serait le résultat du peu de moyens mis à la disposition du Samu face à la demande croissante des soins par les Gabonais. Mais est-ce suffisant pour justifier la maltraitance de ces agents au bénéfice des patients démunis ? 

    Pour le coordinateur général du Samu social, le Dr Wenceslas Yaba, sa structure n’a jamais licencié abusivement un de ses volontaires encore moins un des stagiaires. « Nous n’avons jamais été opposés à discuter avec ces déserteurs, car la démission obéit à une procédure », avait indiqué le Dr Wenceslas Yaba lors d’une interview publiée sur les réseaux sociaux. Dans cette vidéo, le Dr Wenceslas Yaba exprime toute sa colère devant une situation qui perdure et qui mettrait en danger la vie de ses patients, selon ses dires. Tout cela en balayant d’un revers de  la main toutes les accusations portées contre la structure dont il a la charge, malgré la présence de preuves irréfutables comme les suspensions sans motivation. Nous y reviendrons !

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x