mardi, avril 23, 2024
More

    Sécurité alimentaire : quelle place occupe le poulet dans nos assiettes ?

    les plus consultés

    Première viande produite et consommée dans le monde avec notamment 133 millions de tonnes en 2020, devant la viande porcine 109 millions de tonnes, la viande bovine (70 Mt) et la viande ovine (15 Mt), la volaille est de plus en plus prisée. Avec plus de 12 kg par habitant en moyenne et une croissance moyenne de 2 à 3 % par an depuis une dizaine d’années, le poulet semble avoir définitivement séduit les consommateurs. Explications.

    86 milliards de poulets, 1,3 milliard de dindes, 4,2 milliards de canards, le tout représentant 101 millions de kilos de volaille consommés par an. Les chiffres donnent le tournis, mais témoignent de la flambée de consommation des gallinacés depuis une dizaine d’années. Produite en grande quantité principalement par les Etats-Unis d’Amérique, leader mondial du secteur avec 17% de part de marché (données FAO), suivi du Brésil et de la Chine, les poulets et volailles ont définitivement pris leur envol dans les assiettes devant la viande bovine (70 Mt) et la viande ovine (15 Mt). 

    Le secteur de la volaille continue de se développer et de s’industrialiser. © IN241

    En effet, porté par le développement constant de la population mondiale, une urbanisation intensive aux quatre coins du globe, ainsi qu’un plus grand pouvoir d’achat des populations à travers le monde, comme le révèle d’ailleurs la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) dans un focus sur le sujet, le secteur de la volaille continue de se développer et de s’industrialiser. 

    Une situation qui permet aux principaux producteurs d’en exporter en très grande quantité, puisque le Brésil, premier pays exportateur avec près de 9,3 milliards USD d’exportations en 2022, soit 32% des exportations mondiales de volailles, est suivi de près par les Etats-Unis. 

    Si les normes et les exigences des consommateurs sont de plus en plus strictes en matière de qualité de la viande, d’environnement et de bien-être animal, couplé à la grippe aviaire hautement pathogène (IAHP), impactent le secteur et notamment  le coût de revient des éleveurs, il n’en demeure pas moins que ce secteur connaîtra à moyen-long terme, un développement sans précédent. Pour preuve, au moment où nous couchons ces lignes, ce sont plus de 37,62 millions de tonnes de volailles qui ont été consommées à travers le monde. Un chiffre qui devrait dépasser les 90 millions d’ici au 31 décembre 2023. 

    Petit aperçu du marché africain de la volaille

    Le secteur avicole est considéré comme un des plus grands segments de l’élevage sur le continent noir. Avec l’augmentation de la production de poulet et la demande croissante d’aliments biologiques, la croissance du marché africain  s’en trouve fortement stimulée. 

    Ainsi, l’Afrique du Sud qui se taille la part du lion dans la production de poulets a besoin de plus de produits nécessaires à l’élevage de ces animaux. Cela contribue également à stimuler l’industrie de la volaille qui inclut les entreprises commerciales, les agriculteurs de subsistance et les communautés rurales qui ont besoin d’une source de protéines de qualité. D’ailleurs, en février 2020, le président sud-africain  Cyril Ramaphosa a ralenti les importations qui ont doublé en dix ans, en doublant les droits de douanes sur la viande de volaille importée des pays comme le Brésil, les Etats-Unis et l’Europe.

    D’autres pays comme le Sénégal ou le Burkina Faso ont également engagés des mesures de protectionnisme pour leur production locale. Au Sénégal, c’est depuis 2005 que les importations de poulet ont été stoppées, encourageant au passage la production nationale. Ce sont près de 110 000 tonnes de volailles qui sont désormais produites par an dans le pays. Quant au Burkina Faso, le gouvernement a mis en place le label « poulet bicyclette » pour promouvoir la production locale.

    Nonobstant cette volonté de produire local, les pays africains ne parviennent pas pour le moment à satisfaire une demande sans cesse croissante. 

    Si l’on se réfère aux statistiques de la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), l’Afrique a enregistré 2,15 milliards de têtes de poulet en 2020. L’organisation souligne également qu’au cours des cinq dernières années, la demande de produits à base de volaille a considérablement augmenté, ce, en raison de l’augmentation des chaines de restaurations telles que KFC (Kentucky Fried Chicken), entre autres raisons.

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x