jeudi, avril 25, 2024
More

    Sylvia Bongo joue la carte de la Française innocente arrêtée « illégalement » au Gabon 

    les plus consultés

    Malgré la gravité des faits qui lui sont reprochés et les preuves accablantes détenues par les autorités de transition, l’épouse du président déchu Ali Bongo Ondimba, la Gabonaise Sylvia Bongo Ondimba ne semble pas être redescendue sur terre. Au lieu d’adopter une démarche d’humilité et de responsabilité face aux actes commis depuis la survenue de l’accident vasculaire cérébral de son époux à Ryad en 2018, elle a choisi de jouer la carte de l’occidentale innocente arrêtée par un Etat qui la détiendrait « illégalement ».

    Gabonaise durant le temps de la gloire et du pillage du pays au côté d’Ali Bongo Ondimba et son fils Noureddin Bongo Valentin, aujourd’hui elle ne jure plus être que Française pour espérer être libre. Pour se faire,  elle vient de s’offrir les services d’une équipe d’éminents avocats internationaux de Doughty Street Chambers. L’équipe comprend également Tatyana Eatwell, spécialiste du droit international et des droits de l’homme qui a contribué à obtenir la libération de nombreuses personnes illégalement détenues dans le monde entier, et Graeme Hall dont la pratique se concentre sur l’extradition, la criminalité et le droit international des droits de l’homme. 

    L’ensemble de la team travaille en collaboration avec François Zimeray, associé de Doughty Street, et ses collègues du cabinet parisien des droits de l’homme Zimeray & Finelle Avocats.  Cette équipe a la mission de traduire en justice les membres du CTRI (Comité pour la Transition et la Restauration des Institutions), dans toutes les instances nationales, régionales et internationales pour crimes internationaux commis contre elle et sa famille.

    « Il existe de sérieuses inquiétudes quant à la sécurité et au bien-être de Sylvia Bongo, de ses enfants, petits-enfants et de leur personnel qui restent illégalement détenus au Gabon. L’instabilité politique ne peut jamais justifier une détention arbitraire ou un traitement contraire aux normes internationales des droits de l’homme. Sans justification légale, la famille Bongo et les membres du personnel doivent être immédiatement libérés », a déclaré Steven Powles KC.

    En surfant sur sa double nationalité,  notamment la française, pour obtenir sa libération et celle des siens empêtrés dans des cas de malversations, Sylvia Bongo risque d’attiser la colère des Gabonais et le sentiment anti-français qui sommeille au Gabon, compte tenu du passif de la France dans ce pays en termes des crimes commis lors de la colonisation, de soutien au régime Bongo-PDG qui a gardé les populations dans la misère et la promiscuité, le néocolonialisme économique et bien plus encore. D’une part, ses avocats semblent méconnaître le droit gabonais, pays grâce auquel elle a obtenu son premier passeport diplomatique (le rouge) et son premier jet privé. Celui-ci rappelle en son article 7 : « Sous réserve des accords internationaux, toute personne possédant, en plus de la nationalité gabonaise, une autre nationalité, ne peut se prévaloir au Gabon que de la nationalité gabonaise« .

    D’autre part, déjà fragilisé par la perte du Mali, du Burkina Faso et tout récemment le Niger, la France à travers ses lobbys habituels par ce dossier risque de fragiliser davantage ses intérêts économiques dans le pays si elle s’y prend mal en faisant pression sur les autorités militaires du pays pour obtenir la libération de Sylvia Bongo Ondimba. 

    Cette France des réseaux et des lobbys qui n’a d’ailleurs pas pu libérer Brice Fargeon Alihanga Laccruche, Gabonais d’origine française tout comme Sylvia Bongo et qui avait été emprisonné par le régime de l’époux de cette dernière au motif fallacieux d’une falsification d’acte de naissance alors qu’il n’avait que 4 ans au moment des faits. Est-ce cela le karma ?

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x