mardi, avril 23, 2024
More

    Transition au Gabon : quid des médecins ayant déclaré Ali Bongo apte à gouverner ?

    les plus consultés

    Ferdinand DEMBA
    Ferdinand DEMBAhttp://www.insidenews241.com
    Passionné de lettres et désormais de chiffres, FD est le directeur de publication d’Inside News241. Journaliste de métier et de convictions, lui et son équipe sont au service d’une information objective, d’utilité publique et au service de la vérité.

    Une fois le régime despote d’Ali Bongo Ondimba déchu et l’investiture du président de la transition actée, place aux questions qui fâchent. C’est le cas du débat porté par plusieurs acteurs politiques et ceux de la société civile sur l’Etat de santé d’Ali Bongo, victime d’un accident vasculaire cérébral depuis 2018.

    Si jusqu’au 30 août dernier le système Bongo PDG avait su empêcher le débat public sur la santé d’Ali Bongo, malgré l’activisme de la société civile à travers la plateforme « Appel à agir », sa chute qui débouchera logiquement par des procédures judiciaires pour mettre devant leur responsabilité les politiques ayant contribuer à cette forfaiture, la responsabilité des médecins ayant déclaré Ali Bongo apte à gouverner et à se présenter pour la dernière élection présidentielle du 26 août 2023 est de plus en plus sujet de questionnement au sein de la population.

    Ce d’autant plus qu’il est incompréhensible que contrairement au Commandant en chef de la Garde républicaine, des membres du collectif Appel à agir, des nombreux Gabonais qui avaienconviction qu’Ali Bongo Ondimba était dans l’incapacité de gouverner le pays, la Commission médicale mise en place le 29 juin 2023 par Lambert-Noël Matha via un arrêté avaient démontré le contraire. Aujourd’hui, la question sur toutes les lèvres des Gabonais est donc de savoir si le certificat d’aptitude à gouverner délivré par les médecins était faux ?

    Si tel est le cas, en trahissant le serment d’hippocrate, mieux en dupant les populations, le Pr Lucien Mwanyombet Ompounga, le Dr Eric Baye, le Dr Jean Emmanuel Ecke Nzengue et le Dr Jean Massande, tous membres de la commission chargée de se prononcer par voie d’expertise médicale sur l’aptitude ou l’inaptitude des candidats à l’exercice de la fonction de président de la République, ne se sont-ils pas rendus coupable de haute trahison ?

    Dans tous les cas, la justice devra prochainement se prononcer. Mieux, pour éviter de tel comportement à l’avenir, le Comité pour la transition et la restauration des Institutions sera donc chargé de trouver des verrous qui devront permettre aux futures institutions d’agir en toute liberté et de façon objective.

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x