Violences sur le genre : le Centre d’accueil Gabon égalité, une rénovation à 500 millions de fcfa 

LE COFFRET

Inauguré ce jeudi 24 novembre en grande pompe par un président Ali Bongo Ondimba omniprésent ces derniers temps, après avoir été plutôt discret pendant de nombreux mois, le Centre d’accueil Gabon égalité destiné aux personnes victimes de violences, aura coûté un bras au contribuable. Si l’on se réfère au document de cadrage 2021 relatif aux politiques publiques du gouvernement en matière d’investissement, dans son pôle « développement humain et prospérité partagée », ce centre a officiellement coûté pas moins de 500 millions de fcfa. Alors même qu’il ne s’agit que du recyclage d’un ancien bâtiment situé à Nzeng-Ayong.

Défenseur à sa manière, de la veuve et de l’orphelin, Ali Bongo Ondimba l’a encore prouvé jeudi dernier avec l’inauguration en plein cœur de Libreville, du tout premier centre dédié aux personnes victimes de violences. Requalifié après avoir dans un premier temps servi à accueillir certaines délégations durant les Coupes d’Afrique des nations 2012 et 2017, ce qui était encore jusqu’à il y quelques semaines, connu comme étant « l’hôtel de la CAN » a coûté une somme rondelette au contribuable gabonais en termes de réfection et de rénovation. 

En effet, définit comme un « formidable acte d’espoir pour toutes les femmes et à toutes les filles qui sont malheureusement, et encore trop souvent, victimes de violences protéiformes, dans notre pays », comme l’a déclaré Rose Christiane Ossouka Raponda, Premier ministre, muette jusqu’à ce samedi concernant l’affaire Alima, du nom de cette auditrice de la CNSS victimes de violences, ce centre aura coûté pas moins de 500 millions de fcfa. C’est ce qui ressort du document de cadrage 2021 relatif aux politiques publiques du gouvernement. 

Composé de 9 bâtiments à usage d’habitation qui ont une capacité de 154 lits pour 90 femmes et leurs enfants, ce centre, qui suit l’adoption en juin dernier par le gouvernement, du projet de décret relatif aux centres de protection et de promotion sociale pour la prise en charge des femmes victimes de violences au Gabon, aura donc coûté un peu plus de 55 millions de fcfa par bâtiments. Une somme colossale qui ne réglera sans doute pas le problème de fond. A noter que la gouvernance dudit centre est assurée par un Comité de pilotage et un Comité consultatif.  

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Education : la deuxième phase du projet PISE démarre-t-elle bientôt ?

Le ministre des Travaux publics, de l'Équipement et des Infrastructures, Toussaint Nkouma Emane, a eu une séance de travail...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x