12ème Congrès ordinaire du PDG : l’heure de vérité

LE COFFRET

Alors que le patron du PDG ne s’est toujours pas déclaré officiellement candidat à la présidentielle de 2023, et au moment où de nombreux schémas sont avancés, dont celui d’un effacement au profit d’un autre « camarade », le Congrès à venir représente l’ultime moment pour Ali Bongo Ondimba de situer l’opinion sur le rôle qu’il entend jouer pour le PDG en 2023. 

Les 23 et 24 décembre prochains, le Parti démocratique gabonais (PDG) tiendra son 12eme Congrès ordinaire, au stade de l’Amitié sino-gabonaise d’Angondjé, au nord de Libreville. 

Cette messe, dénommée « Congrès de la Renaissance pour un PDG Uni et Solidaire« , sera une des dernières du parti au pouvoir avant la présidentielle de 2023. Elle vise ainsi à donner le ton de la campagne électorale, notamment dans la définition des éléments de langage. Ce congrès sera surtout, à en croire de nombreux observateurs, l’heure du choix du porte-étendard du camp au pouvoir. Problème ?  La candidature d’ordinaire naturelle du PDG est sujette à débats depuis qu’Ali Bongo a été victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC) en 2018. 

Depuis lors en effet,  moult hypothèses ont été avancées, dont une qui revient avec insistance, et qui fait état de l’intronisation prochaine de Noureddine Bongo Valentin. Pour ne rien arranger à l’ambiguïté, pendant le dernier anniversaire du PDG, Ali Bongo Ondimba a laissé les observateurs perplexes en ne se portant pas candidat à sa succession, comme cela a souvent été le cas dans cette formation politique.Tout au contraire, le Distingué Camarade s’est contenté d’un énigmatique « Je serai là avec vous en 2023« .

À l’évidence, le 12eme congrès ordinaire représente une belle occasion pour le président du PDG de tordre le cou à ces schémas annoncés, en répondant favorablement aux nombreuses motions de soutien lues par les PDGistes au cours des congrès provinciaux qui se sont tenus le mois dernier à travers le pays.

Ne pas le faire reviendrait à crédibiliser le schéma d’un effacement au profit d’un autre PDGiste. Même si d’ici, difficile de dire à qui cette Renaissance pourrait profiter. 

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Education : la deuxième phase du projet PISE démarre-t-elle bientôt ?

Le ministre des Travaux publics, de l'Équipement et des Infrastructures, Toussaint Nkouma Emane, a eu une séance de travail...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x