jeudi, mai 30, 2024
More

    COP27 : adoption dans la douleur d’un texte «historique» sur l’aide aux « pays pauvres » et après ?

    les plus consultés

    Achevée ce dimanche 20 novembre, la conférence internationale sur le climat qui se tenait depuis le 6 novembre n’aura finalement pas tenu toutes ses promesses. Bloquée sur les énergies fossiles dont les objectifs n’ont toujours pas été revus à la hausse, cette COP 27 a néanmoins permis aux délégations présentes en Egypte, notamment celles des pays riches, de trouver un accord pour compenser les dégâts climatiques occasionnés dans les « pays pauvres ». 

    Considéré comme un véritable test de l’engagement de la communauté internationale à lutter contre le réchauffement climatique, la Conférence de Charm el-Cheikh débutée le 6 novembre dernier aura finalement pour ainsi dire, accouché d’une souris. En plein marasme économique du fait d’un conflit Russo-Ukrainien qui cristallise l’opinion, cette Cop 27 aux enjeux pourtant colossaux, s’est soldée ce dimanche à l’aube par l’adoption d’un texte très débattu sur l’aide aux pays pauvres affectés par le changement climatique. 

    Qualifié d’« historique » mais sans nouvelles ambitions pour la baisse des gaz à effet de serre, ce texte adopté dans un contexte de turbulences sur le marché de l’énergie et d’inflation rampante, est le seul véritable point positif de cette COP 27 puisqu’il s’agira essentiellement de compenser les dégâts causés par le changement climatique déjà subis par les pays les plus pauvres. Après plus de deux semaines, la grande conférence sur le climat de l’ONU a donc permis « d’obtenir des avancées significatives pour les pays les plus vulnérables », comme l’a déclaré Laurence Tubiana, directrice de la Fondation européenne pour le climat. 

    Avec en ligne de mire la création d’un fond pour les pertes et dommages, un rêve de la COP 26 l’année dernière, qui pourrait être mis en œuvre dès 2023, cette COP 27 reste néanmoins loin des attentes concernant les énergies fossiles puisqu’au final, les pays pollueurs « n’ont pas fourni assez d’efforts supplémentaires pour augmenter et accélérer leurs réductions d’émissions », comme l’a d’ailleurs regretté le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres.

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x