samedi, juin 22, 2024
More

    Critic-Art : représentation de la vision du monde d’un orphelin dans Mwane Tsiane d’ADB

    les plus consultés

    KRIST KRIST
    KRIST KRIST
    De son vrai nom Jilkrist BINGANA MOMBO, Krist est un critique d'art de 25 ans. En Master recherche de Lettres Modernes, il est également un artiste auteur compositeur. C'est à la croisée de la littérature et de la musique que Krist nous propose des lectures interprétatives des textes de chansons. Depuis février 2022, il est contributeur à Inside News241.

    La critique d’art est l’art de juger les œuvres de l’esprit à travers une traduction du langage artistique en langage logique. Un exercice auquel se prête chaque semaine avec maestria notre critique, Krist, nous fait découvrir la vision du monde d’un orphelin à travers les paroles de la chanson Mwane Tsiane de l’artiste ADB. Découverte.

    Qu’elle soit réaliste, abstraite, romantique ou autrement, la représentation étymologiquement comprise comme la faculté à faire voir une réalité sensible ou intelligible, est le fait le plus intrinsèque à l’œuvre d’art. L’artiste est alors celui qui nous permet de nous figurer le monde à travers un code symbolique. En explorant la transcription française des paroles de Mwane Tsiane de ADB, nous nous proposons de mettre en lumière une vision du monde : celle que nous partage l’artiste chanteur correspond au regard que pose un orphelin sur le monde autour de lui. Soit le texte qui suit :

    Ils ne donnent pas de force parce qu’ils sont envieux 

    Du potentiel que Dieu a mis en toi

    Je suis perdu dans ce monde comme un orphelin 

    Avec des grands yeux comme ceux des hiboux ils te regardent agoniser.

    Je chante je n’arrête pas de chanter.

    Je ressens la colère quand je chante.

    Je ressens la douleur quand je chante. 

    J’ai la rage quand je chante. 

    Ne m’oubliez pas Ici sur terre. 

    Je ne peux pas le faire seul. 

    Je suis un orphelin. 

    Écoute un cœur plein de colère. 

    Ces gens ne jouent pas. 

    Moi aussi je n’aurai pas de scrupule. 

    Le jour où je réussirai. 

    Je voudrais juste être avec ceux qui m’aiment. 

    On sait qui sont les hypocrites. 

    On est pressé de nous excuser. 

    Tout dans le moral jamais épuisé. 

    On va tous ruser.

    La vision du monde :

    D’abord la vision du monde de l’orphelin correspond à une volonté inavouée : celle de dresser des camps pour se faire appartenir à un groupe. Il semble que prendre un parti devient ici le moyen de se faire une place quand on a l’impression de ne pas en avoir. L’orphelin divise inconsciemment le monde en deux avec d’un côté « ceux qui l’aiment » et de l’autre « ces gens »  auxquels il se sent étranger voire ennemi.  Cependant le résultat n’est pas celui attendu : face à lui semble se dresser une multitude qui annihile toute expression de soutien autour de lui et lui laisse un sentiment de solitude. Le monde est alors pour lui  une terre étrangère où il se sent « perdu ; oublié » de ceux qui devaient être de son côté. 

    La vision de l’autre :

    La vision de l’autre que se fait l’orphelin est une construction nihiliste de l’humanité. Puisque les autres sont prêts à voir la mort de leurs yeux et te « regarder agoniser », ils ne sont pas humains. En ce sens ADB fait correspondre un animal nocturne à la noirceur de leur folie meurtrière. Le « hibou », qui de ses froides griffes se nourrit des petits rongeurs inoffensifs, est alors pour lui le symbole par lequel il nous fait nous figurer des personnes qui « ne jouent pas » et mettent toute leur énergie à manifester leur méchanceté envers l’orphelin.

    La vision de soi :

    Pour ADB le mal règne en tous sauf en l’orphelin qui même quand il voudrait agir en mal : ce ne serait que la répercussion du mal que les autres lui portent. En ce sens lire « moi aussi je n’aurai pas de scrupule » c’est dire que si l’orphelin agit en mal ce n’est qu’en guise de  réponse à l’action des autres.  Les autres d’ailleurs sont méchants parce que lui est bon : en ce sens nous lisons qu’ils sont « envieux du potentiel que Dieu a mis en lui ». Ce potentiel est l’humanité : la capacité à ressentir. Puisque « la colère, la rage et la douleur » sont des ressentiments qui caractérisent ceux qui ont « un cœur ». ADB prédit un succès futur de l’orphelin parce qu’il voit en lui un être « moral » : à la fois au sens d’une volonté à toute épreuve et au sens d’une bonté dans l’agissement. Ainsi écrit-il «  On est pressé de nous excuser. Tout dans le moral jamais épuisé » pour en rendre compte.

    En somme, la chanson Mwane Tsiane nous présente le monde à travers le regard de l’orphelin. ADB nous y peint sa vision de la vie sur terre, son rapport avec les autres et surtout avec lui-même. L’orphelin tel que raconté est aussi l’image de l’artiste en quête de soutien, à la recherche d’un socle sur lequel faire reposer le développement de sa carrière et qui se heurte à l’indifférence du public censé le rendre famous.

    Actualités : ADB présentera un spectacle live de l’album Dibal Famous  ce vendredi  20 octobre à l’Institut Français du Gabon. Ne manquez pas ce moment qui compte tenu de la qualité de la tournée de concerts précédente sera certainement grandiose. Pour notre part nous vous invitons à lire ou lire à nouveau la critique sur notre album She (EP).

    By KRIST

    De son vrai nom Jilkrist BINGANA MOMBO, Krist est un artiste et critique d’art gabonais. Auteur de musique Jazz et passionné par les arts écrits, les articles qu’il propose s’intéressent aux possibilités interprétatives des œuvres d’arts. Il s’agit donc d’utiliser les outils et théories savantes de la critique littéraire pour interpréter des œuvres musicales et autres, afin d’en souligner le génie.

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x