lundi, juillet 22, 2024
More

    CTRI : la restauration temporaire de la Cour constitutionnelle, un signal inquiétant selon le PLC

    les plus consultés

    Depuis l’annonce de la restauration temporaire de la Cour constitutionnelle précédemment dissoute par le Comité pour la transition et la restauration des institutions (CTRI), des voix se lèvent pour dénoncer et condamner la démarche des nouvelles autorités du pays et prévenir des risques que cela ferait encourir au pays.

    C’est le cas du parti Pour le changement (PLC) qui est sorti du silence ce vendredi 1er septembre à la faveur d’une conférence de presse. Pour ce parti de l’opposition, « en ressuscitant la Cour constitutionnelle pour une durée même déterminée, le CTRI pose un acte inquiétant et à rebours de la volonté des Gabonais de voir disparaître l’ensemble des institutions qui ont nourri et consolidé la forfaiture pendant des années ».

    Le parti Pour le changement craint que sur la forme, la restauration de la Cour constitutionnelle soit un signal négatif et une véritable reculade pour l’espoir que l’action du 30 août à fait naître au peuple gabonais. Aussi, le « PLC s’étonne que sur la base d’aucun fondement et d’aucune légitimité, le président du CTRI s’est permis d’annoncer le retour de la Cour constitutionnelle pour organiser sa transition sans avoir au préalable réuni l’ensemble des forces vives de la nation et le véritable vainqueur de l’élection présidentielle du 26 août dernier, le Pr Albert Ondo Ossa ».

    Mieux, le PLC pense qu’une telle démarche ne saurait s’inscrire dans l’intérêt du peuple, dans la mesure où la Cour constitutionnelle n’a jamais agit dans le sens de l’intérêt du peuple. « En ressuscitant la Cour constitutionnelle, non seulement le CTRI n’entre pas dans le droit, ce d’autant plus qu’aucune disposition de la constitution gabonaise ne permet de faire prêter serment à une autre personne que celle élue ou en cas de vacance du pouvoir à la présidente du Sénat », a expliqué Ange Kevin Nzigou, leader du PLC.

    Pour lui, « cette résurrection risque d’enterrer les espoirs des Gabonais de sortir d’un système irresponsable et imprévisible qui ne participe pas à la cohésion nationale telle que l’a identifié le CTRI. Le CTRI ne devrait donc pas puiser sa légitimité dans une institution vomie des populations et qui a montré ses limites ».

    Aussi, « le PLC invite le Comité de transition pour la restauration des institutions (CTRI) à se concerter avec l’ensemble des forces vives de la nation et singulièrement au président réellement élu, afin de trouver des voies et moyens pour restaurer la légitimité du coup de force du 30 août dernier, de trouver des pistes de solutions pour revenir dans la légalité républicaine afin qu’au yeux du monde le Gabon immortel reste digne d’envie ».

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x