lundi, février 26, 2024
More

    Gabon : la plateforme Alternance 2023 appelle à massivement s’inscrire sur les listes électorales 

    les plus consultés

    Lors d’une conférence de presse qu’elle a donnée le 10 mars dernier à Libreville, la présidente de la plateforme Alternance 2023, Paulette Missambo, a appelé les populations gabonaises à massivement s’inscrire sur les listes électorales pour s’opposer à une « énième forfaiture en préparation ». 

    « En 2023, nous devons bannir le boycott et l’abstention de nos esprits, de nos discours et de nos actions. Être Gabonais en 2023, c’est s’inscrire sur la liste électorale. Être Gabonais en 2023, c’est voter. Parce que ce pays appartient à chaque Gabonais, chaque Gabonais a la responsabilité et le devoir de participer par le vote au choix de ses dirigeants », a annoncé Paulette Missambo.

    Elle a formulé cet appel parce qu’elle estime qu’en 2023, l’alternance au sommet de l’État ne se jouera, dans les conditions actuelles, ni au CGE dirigé par un membre du Parti démocratique gabonais au pouvoir, ni à la Cour Constitutionnelle, souvent taxée d’être à la botte du pouvoir, mais plutôt dans les bureaux de vote.

    Pour cela, Paulette Missambo et les siens ont ténu à souligner que « tout est mis en œuvre pour priver le peuple de sa citoyenneté », pour le détourner son ardent désir d’alternance démocratique et pour faire « accepter un président au bilan catastrophique, qui vient de réussir l’exploit, en 14 ans, d’opérer un recul sans précédent de notre pays sur tous les plans ». 

    Dans tous les cas, pour le prouver, elle l’a démontré par le fait qu’un membre du Parti démocratique gabonais (PDG) a été placé à la tête du CGE, « en violation de la loi, au mépris de toute déontologie et de tout bon sens, alors que jusque-là le responsable de l’entité chargée de l’administration et de la gestion des élections était habillé d’une prétendue neutralité ». 

    La plateforme Alternance 2023 estime que « le pouvoir assume ainsi sa position de juge et partie dans des élections où il présentera des candidats ». Dans la même veine, elle fait noter que « le Conseil des ministres du vendredi 3 mars 2023 a, quant à lui, révélé le seul objectif de la Concertation politique organisée par Ali Bongo : le retour au scrutin à un tour pour l’élection du président de la République ». Une position que partagent certains leaders de l’opposition et de la société civile. 

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x