jeudi, février 22, 2024
More

    Gabon : les espoirs de l’opposition douchés dès l’ouverture de la concertation politique 

    les plus consultés

    Les travaux de la concertation politique initiée par le président de la République, Ali Bongo Ondimba, ont démarré ce lundi 13 février 2023 sur l’esplanade du ministère de la Défense nationale comme annoncé. De l’organisation à l’unique discours de circonstance, Ali Bongo Ondimba a surpris plus d’un, sinon tout le monde.

    Non seulement, en termes d’organisation des moments, le président n’a pas permis que la société civile, les confessions religieuses, syndicats et autres acteurs prennent part aux discussions politiques. Seuls les acteurs politiques de la majorité et de l’opposition y prendront part. 

    Mais plus encore, il a déphasé les acteurs politiques de l’opposition qui s’étaient fixé des sujets à examiner pendant la concertation politique, à la limite pensaient qu’ils devraient être définis d’un commun accord. 

    Dans le seul discours d’ouverture des travaux de la rencontre, le président Ali Bongo Ondimba a d’entrée de jeux fixé les sujets qui seront abordés et ceux qui ne le seront pas du tout.

    Une imprévisibilité qui fâche les non conviés et bouche les espoirs des opposants. Mais pour y remédier, le numéro un gabonais a annoncé que le gouvernement organisera à l’attention des non-invités des rencontres pour leur permettre d’exprimer leurs préoccupations pour des élections libres, crédibles, transparentes et apaisées au Gabon.

    Pour les conviés, il s’agit uniquement de « définir les bases de la préparation de scrutins aux lendemains apaisés ». Il ne devrait donc être question que de matière électorale, ni plus ni moins.

    Concrètement, il sera question d’échanger sur le coût des élections estimé à une centaine de milliards de francs CFA, soit près de 152,5 millions d’euros. A ce sujet, on apprend que le président de la République a demandé de travailler sur les mécanismes qui permettront de réduire le coût de ces élections.

    Les travaux de cette rencontre porteront également sur l’alignement des mandats. Dans son discours, Ali Bongo a annoncé que tous les mandats électifs au Gabon seront dorénavant limités à 5 ans. Celui du président de la République est de 7 ans. 6 ans pour les sénateurs. 

    L’on ne sait pas si le nombre de mandats sera aussi limité. Actuellement, les députés, les sénateurs et même le président de la République peuvent se présenter autant de fois qu’ils le souhaitent. Les travaux déboucheront assurément sur la clarification de cette question.

    C’est à se demander si Ali Bongo Ondimba et son gouvernement pourront détendre le climat social et politique en application de telle démarche et parvenir à l’effectivité des lendemains d’élections apaisés. 

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x