Gabon : où est passé le projet de construction de l’usine du cimentier Dangote ?

LE COFFRET

Annoncé en début d’année 2020, le projet de construction d’une unité de broyage de clinker, un constituant du ciment, par le cimentier Dangote, peine près de trois ans plus tard à se concrétiser. Alors que son achèvement et sa mise en service après un investissement de 75 millions de dollars (plus de 50 milliards de fcfa), était prévu pour le premier semestre 2021, il n’existe pour l’heure aucune trace de cette usine qui devait être située près du New Owendo Internation Port (NOIP). 

Alors que son arrivée sur le marché gabonais suscitait énormément d’attentes, en raison notamment du coût de plus en plus prohibitif de la tonne de ciment (à partir de 100 000 fcfa la tonne contre 80 000 fcfa il y a quelques années), l’usine de production du cimentier Dangote n’est jusque-là pas visible. Annoncée il y près de trois ans, cette usine d’un coût de 50 milliards de fcfa, peine à se concrétiser, sans qu’aucune annonce officielle n’ait été faite sur le sujet.

En effet, devant être située près du New Owendo Internation Port (NOIP) facilitant ainsi son exportation à l’international, cette usine implantée sur un terrain de 10,5 hectares et dont la capacité de production devait être supérieure à 3000 tonnes par jour le tout pour une production d’un million de tonnes par an. Production représentant 150% de la production nationale actuelle de ciment qui en 2021, n’était que de 400 070 tonnes, selon les données fournies par la Direction générale de l’économie. 

Devant, en plus de doper la production nationale, permettre une réduction drastique des coûts de la tonne de ciment sur le marché puisque supprimant les frais liés à l’importation du Clinker notamment, comme le soulignait Devakumar Edwin, directeur exécutif de Dangote Industries Ltd, cette usine ne semble pas au goût de tout le monde et notamment celui du marocain Cimaf (Ciments de l’Afrique), qui s’est considérablement rapproché du gouvernement ces derniers mois et détient le monopole du secteur. 

Au final, toujours pas entrepris par le géant Nigérian, les travaux de cette usine qui aurait en plus permis de capter de nouvelles recettes fiscales, dans un pays où « la demande en ciment reste élevée compte tenu de la croissance démographique, du nombre de nouveaux projets et les divers investissements en cours et à venir », comme l’expliquait d’ailleurs le directeur de Dangote Cement, Dr. Daniel Camarasa, interrogent à plus d’un titre. Surtout quand on sait que le gouvernement ne cesse de scander des slogans visant aussi bien l’amélioration des recettes, la baisse des importations et l’amélioration du niveau des emplois. Le paradoxe gabonais. 

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Réuni en congrès ordinaire, le RPM veut d’une opposition unie en 2023

Le Rassemblement pour la patrie et modernité (RPM, opposition) tient son premier congrès ordinaire tout au long de ce...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x