Gabon / rapport Covid-19 : 1,5 milliard de fcfa pour des kits Covid-19 de Gsez jamais livrés en 2020

LE COFFRET

Alors que les populations gabonaises étaient livrées à elles-mêmes au plus d’une pandémie qui aura ôté la vie à plus de 300 personnes et que dans le même temps les personnels soignants se plaignaient d’un manque de matériel, l’Exécutif gabonais ne s’est, lui, pas fait prier pour user et abuser de mécanismes de gestion plus que douteux. Multipliant les dérives financières via ses deux gouffres à sous que sont le Fonds Gabonais d’Investissements Stratégiques (FGIS) et la Caisse des Dépôts et consignations (CDC), celui-ci a par exemple décaissé pas moins de 1,5 milliard de fcfa pour des kits covid-19 commandés auprès de Gsez, mais qui n’ont jamais été livrés. 

Respirateurs, masques simples, masques KN95, gants, gels hydro alcooliques, lunettes protectrices et surtout kits covid-19, au plus fort de la pandémie de covid-19, tous ces équipements médico-techniques valaient de l’or. Cernant le filon, certains opérateurs peu scrupuleux ne se sont pas fait prier pour rafler leur part du gigantesque gâteau dont disposait le Gabon. C’est le cas de Gsez (Gabon Special Economic Zone) qui aura bénéficié d’une enveloppe conséquente en dépit de son inexpertise. Une inexpertise doublée d’une relative fourberie avec la complicité de l’Office Pharmaceutique Nationale (OPN). 

En effet, sélectionnée par l’Etat gabonais pour la fourniture de pas moins d’un million de tests covid-19, l’entreprise aux multiples facettes ancrée dans de nombreux secteurs d’activités au Gabon dont l’exploitation forestière, la logistique portuaire et aéroportuaire, ou encore les travaux publics avec sa filiale Société Autoroutière du Gabon (SAG), n’en aura pas livré un seul. Résultat, une ardoise de près de 1,5 milliard de fcfa payée, pour des outils jamais livrés comme l’a constaté le cabinet indépendant chargé de l’audit des comptes du Fonds spécial de lutte contre la covid-19.

Véritable anomalie financière dans un pays au bord de la récession et englué dans un cycle de surendettement abyssal, cette somme, colossale, qui aura contribué à alourdir la note que paiera in fine le contribuable, interroge plus qu’elle n’inquiète. Car, comment une telle somme prélevée dans un compte logé à la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) a-t-elle pu être distraite de pareille manière? Comment un tel montant pour une telle quantité de kits n’a pas pu être suivi par l’Office Pharmaceutique national (OPN) filiale du FGIS? Autant de questions, à ce jour sans réponses.

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Gabon : les députés appellent à la création d’un Compte d’affectation spéciale dédié à l’entretien routier 

En marge de l'adoption quasi unanime du budget de l'Etat pour l'exercice 2023, les députés gabonais ont plaidé pour...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x