mardi, avril 23, 2024
More

    Gabon : une corruption toujours aussi endémique

    les plus consultés

    Selon l’ONG Transparency International dans son dernier rapport rendu public le 30 janvier 2024, le Gabon a une fois encore enregistré une baisse de la lutte contre la corruption. En 2023, le pays membre de la Cemac enregistre une note de 28/100 sur une échelle de 0 (très corrompu) à 100 (très propre), contre une note de 29/100 en 2022. Un nouveau classement qui met à nu les faiblesses du dispositif de lutte contre la corruption et qui place le pays à la 32e place en Afrique et à la 136e place mondiale sur 180 États classés.

    Si Transparency International considère toujours le Gabon comme le pays le moins corrompu de la Cemac en comparaison du Cameroun (140e dans le monde), de la Centrafrique (149e dans le monde), du Congo (158e), du Tchad (162e) et de la Guinée équatoriale (172e), l’organisme n’en fait pas pour autant du pays un exemple à suivre. Loin s’en faut. Au Gabon, du fait de la faiblesse des efforts consentis par les anciennes autorités dont certains ont été reconduites par le CTRI (Comitépourlatransitionetlarestaurationdesinstitutions), la corruption demeure endémique. 

    LIRE AUSSI : Commerce : pots-de-vin, frais non-officiels, au Gabon les consommateurs paient le prix de la corruption  

    En effet, selon l’indice de perception de la corruption (IPC) de Transparency international, le Gabon fait toujours partie des pays les plus corrompus du continent africain avec un bien triste 32ème rang. Très loin des pays les moins corrompus que sont les Seychelles (20e mondial), le Cap-Vert (30e), le Botswana (39e), le Rwanda 49e) et Maurice (55e). Des pays qui font office de bons élèves dans la lutte contre ce fléau.

    Si le pays compte intensifier sa lutte au cours des prochaines années pour maintenir sa position de leader dans la zone et potentiellement s’affirmer sur le continent, il faudrait déjà qu’il puisse mettre en œuvre et optimiser son dispositif actuel de lutte contre la corruption. En pleine période de transition, les autorités devront donc renforcer la gouvernance de l’État en renforçant la stabilité, la transparence et la responsabilité dans la gestion des affaires publiques. 

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x