jeudi, février 22, 2024
More

    Ogooué-Ivindo : un homme vient à bout d’une panthère à l’aide d’une machette 

    les plus consultés

    La scène qui aurait pû tournée au drame aurait eu lieu le 29 mai au matin, dans la forêt du village Meko, département la Zadié, dans la province de l’Ogooué-Ivindo. C’était une journée comme les autres. Le villageois s’est réveillé comme à l’accoutumée très tôt, préparé ses affaires et s’est de suite rendu en forêt pour ses occupations quotidiennes.

    Une fois dans la forêt, l’homme, la quarantaine révolu, serait tombé nez à nez avec le félin, visiblement loin de son environnement naturel à la quête de proies. Très proche l’un de l’autre, le villageois qui n’a pas le temps de prendre ses jambes à son cou n’a eu d’autre choix que de se préparer aux attaques de l’animal.

    Ce qui n’a pas tardé. L’animal attaque sans grande réflexion. Le rude combat éclate. Des heures après, le brave homme, muni d’une simple machette, vient à bout de l’animal féroce. Essoufflé, l’homme prend un temps de repos et remercie ses ancêtres pour l’avoir assisté. 

    Une fois l’esprit apaisé, le villageois va porter la dépouille du félin au village en guise de trophée avant de la remettre au préfet. La panthère morte se trouve actuellement au cantonnement des Eaux et Forêts. Plus de peur que de pal pour le chef de famille.

    LIRE AUSSI : Gabon : Ali Bongo promet 4 milliards de fcfa d’aide aux victimes du conflit homme-faune 

    Il faut dire qu’avec sa couverture forestière estimée à 85%, le conflit homme-faune n’a de cesse de se multiplier depuis quelques années au Gabon. Jusqu’ici quelques pertes ont déjà été enregistrées tant du côté de la faune que des hommes. On dénombre particulièrement la mort des éléphants et des panthères qui sont généralement abattus pour leur peau et leurs dents utilisées dans certains rites locaux.

    Plusieurs causes peuvent expliquer le phénomène. Il s’agit de l’effet de la croissance démographique, des changements dans l’utilisation des terres, de la perte ou de la fragmentation de l’habitat, de la mauvaise gouvernance et de la demande croissante en ressources naturelles. 

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x