lundi, mai 27, 2024
More

    SEEG : Ousmane Cissé démissionne sous la pression des syndicats et acteurs de la société civile

    les plus consultés

    Poussé à la porte par le Syndicat national des travailleurs du secteur de l’eau et de l’électricité (Syntee+), quelques acteurs de la société civile, auxquels s’est ajoutée la population gabonaise, Ousmane Cissé a démissionné le 25 mai 2023 au soir de son poste de directeur général de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (Seeg).

    Il aurait démissionné pour dit-on préserver la sérénité si importante au développement de la société d’eau et d’énergie du Gabon. Une décision qui a vite été entendue des autorités à l’approche de la présidentielle d’août prochain. Dans ce sens, le conseil d’administration s’est réuni en urgence et a pris acte et procédé dans l’immédiat à la nomination du directeur intérimaire.

    A l’issue de la séance de travail, le conseil d’administration a promu pour l’intérim Sylvère Bitéghé, jusqu’ici directeur général adjoint en charge de la Technique et des Opérations au sein de la Seeg. La nomination devrait sans aucun doute apaiser les tensions. 

    Dans l’attente de la nomination d’un directeur général permanent, un processus d’appel à candidatures sera lancé pour sélectionner le candidat le plus qualifié.

    C’est lors du conseil d’administration du 22 mai 2023 qu’Ousmane Cissé a été porté à la tête de la Seeg par l’actionnaire majoritaire de cette entreprise qui est le Fonds gabonais d’investissements stratégiques (FGIS) pourtant détenu par l’Etat. 

    LIRE AUSSI : SEEG : syndicat et Copil citoyen demandent la démission imminente d’Ousmane Cissé 

    Cette nomination n’a pas été du goût du Syndicat national des travailleurs du secteur de l’eau et de l’électricité (Syntee+) pour plusieurs raisons. Déjà, son parcours professionnel qui le disqualifie et consacre son incompétence pour les questions d’eau et d’énergie. La seconde raison, la véritable dans le fond, est relative à l’absence d’une nationalité gabonaise pour un poste aussi stratégique pour le pays.

    Toutes ces raisons ont conduit syndicalistes et populations à investir la rue pour demander sa démission immédiate. Pour mettre les autorités sous pression, le syndicat de la société a menacé d’entrer en grève générale illimitée et de prendre en otage les populations qui auraient été privées d’eau et d’électricité.

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x