Contre la léthargie de l’industrie gabonaise, Sean Bridon apprête plus de 330 millions de fcfa

LE COFFRET

Ferdinand DEMBA
Ferdinand DEMBAhttp://www.insidenews241.com
Passionné de lettres et désormais de chiffres, Ferdinand DEMBA est le directeur de publication d’Inside News241. Journaliste de métier et de convictions, lui et son équipe sont au service d’une information objective, d’utilité publique et au service de la vérité.

Entraîné dans des débats extra-professionnels ces derniers temps, l’artiste producteur gabonais Sean Bridon a répondu à sa manière en annonçant, ce mercredi 12 octobre, la mise à disposition d’une cagnotte de plus de 330 millions de fcfa (500.000 dollars américains) au bénéfice de l’industrie culturelle gabonaise. Comme pour sortir ce secteur d’une léthargie dans laquelle l’incapacité du ministère de la Culture l’a plongé depuis plusieurs décennies.

« Le 1er novembre 2022, la Seany tv décaissera la somme de 500.000 dollars (près de 337 millions de fcfa, NDLR) pour aider les acteurs culturels de mon pays le Gabon ! Les ingénieurs de son, les pages culturelles, les danseurs, les médias, les artistes, les réalisateurs, les humoristes etc.  Ceux-ci seront soutenus et suivis dans la réalisation de leurs projets personnels !

J’invite donc tous les producteurs Gabonais à se mettre avec moi pour faire avancer la culture Gabonaise. Au cas contraire, laissez-moi travailler !! « 

C’est par ce message que l’influenceur, artiste et producteur gabonais, Sean Bridon, a mis la globosphère sens dessus dessous ce mercredi 12 octobre 2022. Il répondait implicitement aux nombreuses récriminations à lui adressées depuis quelque temps, dont le fait de s’approprier les droits de ses artistes contre les salaires et autres biens matériels qu’il déversent sur eux. Faux, a rétorqué l’accusé, qui a levé un bout de voile sur la stratégie derrière son management si envié et si décrié en même temps par certains.

« Conscient que 99% des artistes Gabonais ne peuvent pas vivre avec le revenu de leur profession artistique et se consacrent à un emploi afin de tendre vers la stabilité financière, j’ai décidé de leur donner un salaire, de leur construire des maisons et surtout de les rendre indépendants ! 

Je tiens à préciser qu’ils perçoivent la totalité des revenus de leurs prestations.

Cependant, ils ne feront aucun concert national tant que les sommes proposées ne seront pas à la hauteur de leur talent« , a expliqué le natif de Kinguélé, quartier sous-intégré de Libreville. 

Une explication qui a convaincu plus d’un. Mieux, la philanthropie de Sean Bridon a été unanimement saluée sur la toile gabonaise. C’est qu’elle contraste avec les maigres moyens financiers, techniques et logistiques mis à la disposition de l’industrie gabonaise par le ministère de la Culture et des arts. Dernière preuve de cet abandon de poste des pouvoirs publics, le succès aux BET Hip-hop Awards du rappeur gabonais Benjamins Epps, le mois dernier. Un succès qui fait de lui le meilleur rappeur au monde (hors États-Unis), et qui n’a été possible que parce que le Gabonais de 26 ans a été soutenu et porté par l’industrie musicale française et la Mocab Nation. 

Plus globalement, la condition de l’artiste reste problématique dans notre pays, avec l’absence d’une réelle mécanique de droits d’auteurs, d’un statut d’artiste, ou même de salles de spectacles pour des tribunes d’expression.

Sean Bridon, de son vrai nom Michael Bridon, est devenu un véritable gourou du web en Afrique par le génie de ses contenus à forte audience sur Facebook et Youtube. Des faits divers à l’humour décapant les réalités vécues au Gabon, en passant par des scènes hyper décalées, les gags de la compagnie Sean Bridon rassemblée autour des comédiens Jack Bauer, Vieux Nzenguet, Dominique et Hulk, sont devenus incontournables sur les réseaux sociaux. Au point que le producteur, avec plus de 28 millions d’abonnés, est le Gabonais le plus suivi sur Facebook et l’une des stars africaines dont les followers se comptent en millions, jusqu’en Asie où ses vidéos sont imitées quasi à l’identique. 

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Télesphore Obame Ngomo : « Qui veut en finir avec Ali Bongo ? »

Dans une tribune publiée sur sa page Facebook intitulée « Le débat de Missélé eba’a », le président de...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x