Gabon : inauguration du Centre d’appui à la pêche artisanale de Mouila

LE COFFRET

Présent à Mouila où il a notamment pu se rendre compte de l’échec de sa politique universitaire, le chef de l’Etat qui a officiellement inauguré l’usine de production d’huile de palme d’Olam, en a profité pour inaugurer le Centre d’appui à la pêche artisanale (CAPA) de Mouila. Construit sur à peine 450 m2, dans une province de 37 750 km² et qui compte un peu plus de 100 000 habitants, ce centre a tout de même nécessité la présence du chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba et son Premier ministre Rose Christiane Ossouka Raponda pour son inauguration. 

Alors que les résultats des orientations stratégiques 2011-2016 censées consolider les fondations de l’émergence dans le cadre du Plan stratégique Gabon Émergent (PSGE) sont toujours attendues, le président de la République et son actuel gouvernement tentent de masquer ces errances, qui se sont accumulées depuis près de 14 ans. Dernière séance de comm’ en date, l’inauguration du Centre d’appui à la pêche artisanale (CAPA) de Mouila. 

LIRE AUSSI : Gabon : à Mouila, Ali Bongo évoque une «industrie qui se transforme»

En séjour de 48 heures dans la province de la Ngounié où il a également procédé à la mise en service, plus d’un an après, de l’usine de production locale d’huile de palme, Ali Bongo Ondimba a donc profité de l’occasion pour inaugurer ledit centre de pêche. Un « édifice » construit sur une superficie de 450m2 qui selon la communication présidentielle, « va permettre de réorganiser le secteur de la pêche artisanale à Mouila  ». 

Devant également permettre, toujours selon la communication présidentielle, de « sensibiliser les acteurs et encourager leurs activités génératrices de revenus  », ce CAPA de Mouila aura donc nécessité pour son lancement officiel, un président de la République et son Premier ministre, alors même que le pays, englué dans une spirale de dette colossale (environ 7000 milliards de fcfa), s’enfonce dans une crise plurisectorielle et sociale, sans précédent. 

LIRE AUSSI : Gabon : Ali Bongo touche du doigt l’échec de sa politique universitaire à Mouila

Loin de la « renégociation attendue d’accords de pêche visant l’obtention de contreparties,  en termes de financement, de l’aménagement  de ports de pêche et d’infrastructures de transformation adéquates  », qui était promise par le PSGE et qui devaient permettre « aux produits halieutiques gabonais d’obtenir un accès aux grands marchés internationaux  », l’inauguration de ce petit CAPA dans un pays où les produits surgelés prennent inéluctablement le dessus sur les produits frais, sonne malheureusement, comme un aveu d’impuissance. 

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Unité de l’opposition : REAGIR appelle à une large adhésion et à une accélération du processus  

Dans un communiqué parvenu à la rédaction d'Inside News241, le parti REAGIR (Réappropriation du Gabon, de son Indépendance, pour...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x