samedi, juin 22, 2024
More

    Gabon : la redevance d’usure de la route devrait générer pas moins de 22 milliards en 2023

    les plus consultés

    En difficulté en ce qui concerne la qualité de ses infrastructures routières, puisque classé à une bien pâle 30ème place continentale, selon les données de Global Economy, l’Etat gabonais voit pourtant rentrer dans ses caisses une vingtaine de milliard de fcfa par an dans le cadre de la collecte de la Redevance d’usure de la route (RUR). Destinée principalement à l’entretien routier, cette RUR devrait encore générer pas moins de 22 milliards de fcfa cette année, comme évoqué dans la Loi de finances 2023. Un montant qui, rapporté au coût d’un kilomètre de route bitumé, correspondrait à la construction ou la réfection d’un tracé d’environ 40 km. 

    Destinée à la gestion du patrimoine routier et la qualité des carburants, la Redevance d’usure de la route (RUR) constitue une manne importante pour les recettes de l’Etat. Avec pas moins de 46,4 milliards de fcfa collectés entre 2019 et 2022, cette taxe prélevée à la fois par la Société gabonaise de raffinage (Sogara) et par tout importateur agréé de carburants en République gabonaise, devrait encore générer en 2023, un peu moins de 22 milliards de fcfa. 

    LIRE AUSSI : Gabon/RUR : plus de 20 milliards de fcfa en 2020 et 18 milliards en 2021 pour des nids de poule et du bourbier 

    Censée permettre à l’exécutif d’assurer le financement et l’entretien d’un patrimoine routier en piteux état, comme le souligne d’ailleurs la 30ème place du pays au classement des qualités des routes continentales dans l’index Global Economy, cette Redevance d’usure de la route semble prendre un tout autre chemin. Mieux encore, malgré sa collecte, l’Etat gabonais semble dans l’incapacité d’assurer une gestion optimale de son patrimoine routier en dépit de la présence du Fonds autonome national d’entretien routier (Faner), qui a adopté un budget de 51,8 milliards de fcfa pour l’entretien des routes au Gabon.

    LIRE AUSSI : Gabon : la « Valorisation du patrimoine de l’Etat » a désormais son compte d’affectation spécial ultra garni 

    Inscrite dans la structure des prix des carburants vendus sur le territoire national et donc payées par tout automobiliste et usager d’une certaine manière, cette redevance, qui génère des sommes exorbitantes annuellement, reste donc une énigme pour les populations les plus défavorisées, qui la financent pour les plus aisées si l’on fait le rapprochement d’avec les subventions aux carburants qui « ne profitent qu’aux populations les plus nanties ». 

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x