jeudi, avril 25, 2024
More

    Gabon : le PAT a-t-il perdu ses « 12 batailles clés »?

    les plus consultés

    Annoncé à grands renforts de communication, le Plan d’accélération de la transformation (PAT) censé « permettre à notre pays, dans les deux ans qui viennent, de rebondir (…) et le mettre sur la voie de la transformation », comme l’annonçait le président de la République Ali Bongo Ondimba, n’a pour l’heure pas obtenu les résultats escomptés. C’est d’ailleurs le moins que l’on puisse dire de ce plan, placé aujourd’hui sur la même trajectoire que ces prédécesseurs (PSGE et PRE). En effet, malgré ses 5 principes fondamentaux, ses 3 pivots transverses et ses 12 batailles clés, ce PAT reste pour l’heure un véritable échec. 

    Prise en compte des plans préexistants en vue de les actualiser et d’ajuster les priorités stratégiques économiques et sociales. Adoption d’une réflexion en deux temps prenant en considération les priorités immédiates pour 2021-2023 visant à maîtriser le déclin du pétrole. Adaptation du plan stratégique au contexte de pression importante sur les finances publiques. Rupture dans les méthodes de travail pour favoriser une action vecteur de changement structurel et durable. Collaboration accrue avec les grands partenaires techniques et financiers pour garantir leur alignement. Le Plan d’accélération de la transformation, dans son essence, avait bien belle allure. 

    Fixé sur la période 2021-2023 voire 2025, ce plan qui venait à l’époque se juxtaposer aux deux précédents ponctués d’un échec cuisant, semble plus que jamais sur la même trajectoire… celle de l’insuccès. Il faut dire qu’en fixant la barre très haut en amont, ce PAT, porté par les plus hautes autorités d’un pays qui en 2023, malgré les difficultés, engage pas moins de 850 millions de fcfa en achat de véhicules pour quelques administrations, paraissait condamné d’avance au regard du nombre de dérapages budgétaires constatés au cours des dix dernières années seulement. 

    Promettant à la fois, une économie diversifiée exploitant le plein potentiel de 3 secteurs productifs, une culture d’administration publique favorable à l’investissement privé national et étranger, un nouveau pacte social équitable reposant sur une efficacité renforcée des services publics, il semble en délicatesse avec ses propres promesses. Des promesses enveloppées dans un portefeuille de projets ciblés à l’horizon 2023 et focalisé autour de 34 projets et réformes prioritaires pour le gouvernement (restructuration de la Sogara via la privatisation de l’outil productif, optimisation du droit du travail, promotion des investissements dans les matériaux de construction…). 

    Si par la force des choses, il a pu remporter quelques unes de ses douzes (12) batailles clés (ralentir la chute de la production de pétrole, accélérer le développement du manganèse et poser les bases d’une exploitation du fer et de l’or notamment), il n’en demeure pas moins que ce PAT n’aura jusque-là, comme promis, pas été en mesure de renforcer la souveraineté alimentaire du Gabon, d’améliorer l’état de santé de la population en recentrant les efforts sur la prévention et les soins de santé primaires, ni même de développer l’emploi dans le secteur privé par une adéquation plus forte entre l’offre d’éducation et les débouchés. A quelques mois d’une élection cruciale pour l’avenir du Gabon, il devrait grandement être pris en compte dans les débats. 

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x