jeudi, avril 25, 2024
More

    Le Gabon suspendu des instances du Commonwealth

    les plus consultés

    En marge de l’Assemblée générale des Nations unies qui s’est récemment tenue à New York, le Gabon a partiellement été suspendu des instances du Commonwealth que le pays a intégré le 25 juin 2022 lors du 26e sommet de l’organisation. La décision a précisément été prise lors du 63e Groupe d’action ministériel du Commonwealth. 

    « Cette suspension partielle entraîne la suspension des Conseils du Commonwealth et l’exclusion du Gabon de toutes les réunions et événements intergouvernementaux, y compris les réunions ministérielles et le sommet du Commonwealth (CHOGM) ».

    Selon quelques indiscrétions, l’objectif de cette mesure est de mettre la pression sur le Gabon pour qu’il rétablisse la démocratie dans un délai de deux ans. Si le pays ne parvient pas à le faire, une suspension définitive est envisagée. L’organisation internationale formée par le Royaume-Uni et par la plupart de ses anciennes colonies s’est tout de même dit prête à accompagner le pays vers une sortie de crise rapide.

    LIRE AUSSI : Gabon : une transition de 2 ans maximum au risque d’être écarté du Commonwealth  

    Pour mémoire, c’est le samedi 25 juin 2022 que le Gabon a intégré le Commonwealth, devenant ainsi les dernières nations sans liens historiques avec le Royaume-Uni à entrer dans le club anglophone dirigé par la reine Elizabeth II. Le Commonwealth, qui est composé de 54 pays dont la plupart sont d’anciennes colonies britanniques, a accepté la demande d’adhésion du Togo et du Gabon au dernier jour de son sommet au Rwanda en 2022.

    « L’adhésion du Gabon au Commonwealth est aussi, et avant tout, une opportunité. Sur le plan économique, notre pays est mieux placé pour attirer des investisseurs internationaux dans des secteurs toujours plus diversifiés. L’anglais est la langue la plus parlée dans le monde. Elle est la langue des affaires.  […]

    Sur le plan diplomatique, l’adhésion au Commonwealth permet à notre pays de poursuivre sa politique de rayonnement sur la scène internationale et de diversification de partenariats. […]

    L’adhésion au Commonwealth est également bénéfique sur le plan culturel. Demain, nos étudiants auront plus facilement accès aux meilleures universités, dont nombre sont anglophones. […] », avait expliqué le président déchu Ali Bongo Ondimba, au lendemain de l’adhésion du Gabon.

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x