Réhabilitation du réseau routier : il fallait donc une indisponibilité des rails

LE COFFRET

Comme il fallait s’y attendre, le dernier incident ferroviaire du PK333 aura été celui de trop pour notre chemin de fer, vieux d’un peu plus de 40 ans. Il a condamné cette ligne à une indisponibilité temporaire, qui pourrait durer plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Impactant par la même la bonne circulation des biens et des personnes vers et au départ des provinces du Haut-Ogooué, de  l’Ogooué-Lolo et de l’Ogooué-Ivindo. 

C’est au regard de cette situation difficile, que plusieurs membres du gouvernement, réunis le 29 décembre 2022, ont opté pour la réhabilitation du réseau routier à travers le traitement urgent des bourbiers sur les voies Ovan-Bouée-Makokou, tout comme ceux de la Lopé vers Lastourville ou le tronçon de Mouila vers Mimongo et Koulamoutou. 

LIRE AUSSI : Indisponibilité de la voie ferrée : quand la galère s’accentue dans trois provinces 

Il aura donc fallu un grave accident sur la voie ferrée pour que les pouvoirs publics daignent penser aux routes provinciales en décrépitude depuis des années, voire des décennies ?  Le cas de la province de l’Ogooué-Ivindo qui, il y a encore quelques semaines, était privée de vivres et de carburant, faute d’une véritable route d’accès est un calvaire parmi tant d’autres vécu par les Gabonais. 

LIRE AUSSI : Gabon : malgré ses 1,2 milliard de dollars de chiffre d’affaires, Eramet-Comilog peine à assurer la réhabilitation du chemin de fer  

Autant dire que le pouvoir gabonais est resté dans ce qu’il sait faire de mieux : la dictature de l’urgence. Gouverner, c’est pourtant prévoir. Mieux, la route est de ces chantiers qui ne riment pas avec la précipitation, au risque de déboucher sur une infrastructure bâclée, avisent déjà les spécialistes. Gageons donc que ces réhabilitations tiennent le temps qu’il faut, pour ne pas retomber, d’ici quelques mois, dans les mêmes travers.

Un aperçu des membres du gouvernement, réunis le 29 décembre 2022, pour penser une solution palliative au chemin de fer.

Pour rappel, le dernier accident ferroviaire a révélé, en plus des problématiques liées à l’entretien du chemin de fer, que les sols sur lesquels passent les rails étaient affaissés à plusieurs endroits, et pourraient entraîner d’autres glissements de terrain et/ou déraillements, si des travaux d’envergure ne sont pas menés.

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Rapport EIU 2022 : le Gabon parmi les « Régimes autoritaires » en Afrique ?

Selon la dernière édition de l’indice de démocratie de l’Economist Intelligence Unit (EIU), rendu public le 6 février dernier,...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x