mardi, juillet 16, 2024
More

    Transition : le Gabon peine à lever des fonds sur le marché financier régional

    les plus consultés

    Le prolongement du délai de souscription de l’emprunt obligataire de 150 milliards de fcfa du Gabon, baptisé « EOG 2024 à Tranches Multiples », suscite des interrogations quant aux difficultés du pays à mobiliser des fonds sur le marché financier. Malgré l’absence de défaut de paiement et des taux d’intérêt attractifs, cette prorogation soulève des préoccupations quant à la situation économique et politique du Gabon.

    Les spécialistes de la finance soulignent que cette prolongation pourrait être le signe d’une difficulté à attirer les investisseurs, même si le pays n’a jamais fait défaut sur le marché des valeurs du Trésor de la BEAC. Le ministre des Comptes publics, Charles M’ba, a tenté de rassurer en mettant en avant l’attrait des titres gabonais, mais les incertitudes persistent. « Nous intervenons sur le marché des valeurs du trésor depuis 10 ans et nous n’avons jamais fait défaut. De plus, les titres gabonais présentent des taux d’intérêt attractifs. C’est donc dire que les investisseurs trouveront un réel intérêt à souscrire aux titres gabonais », précisait le ministre des Comptes publics, en mars dernier.

    Pourtant, les prédictions de l’agence de notation Fitch Ratings sur les incertitudes politiques après la formation d’un gouvernement de transition semblent se confirmer. « Des incertitudes politiques après la formation d’un gouvernement de transition, comprenant des personnes de la société civile, des membres de l’opposition et de l’ancienne administration de Bongo sont à craindre », affirmait l’agence. Cette situation n’est pas propre au Gabon, mais s’étend à d’autres pays de la sous-région, tels que le Cameroun et la République centrafricaine, confrontés à des difficultés similaires dans la levée de fonds.

    Aussi, le contexte économique de la CEMAC, marqué par des conditions de marché jugées draconiennes, complique davantage la situation. Le durcissement de la politique monétaire par la BEAC, avec notamment des taux d’intérêt élevés, rend la levée de fonds plus ardue pour les pays de la région.

    Au-delà des défis rencontrés, le montant levé à l’issue de cette opération « EOG 2024 à Tranches Multiples » sera crucial pour financer le Plan national de développement pour la Transition (PNDT), visant à mettre en œuvre les actions prioritaires du gouvernement de la Transition pour la période 2024-2026. Un vrai challenge !

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x