mardi, juillet 16, 2024
More

    Dialogue national inclusif : le PDG et ses partis alliés suspendus, selon le rapport de Noël Bertrand Boudzanga

    les plus consultés

    Dans un contexte politique éminemment chargé, le professeur Noël Bertrand Boudzanga, président de la commission Politique, a présenté un rapport inédit ce samedi 27 avril au stade d’Angondjé, marquant potentiellement le début d’une nouvelle ère politique pour le Gabon. Avec des propositions audacieuses et parfois controversées, le rapport du professeur Boudzanga pourrait redéfinir non seulement le paysage politique gabonais mais aussi son tissu institutionnel et social.

    La mesure la plus spectaculaire propose de suspendre le Parti démocratique gabonais (PDG) et ses partis alliés, rendant leurs principaux responsables inéligibles pendant trois ans. Cette proposition est sans doute le reflet d’une volonté des Gabonais de briser les cycles de pouvoir et de corruption perçus, mais elle soulève des questions importantes sur les droits politiques et la démocratie.

    Deux ans de Transition

    En outre, la durée de la transition politique est fixée à deux ans. Le rapport précise également que le Gabon doit se doter d’une administration non politisée, et interdire l’utilisation des ressources publiques à des fins partisanes. L’administration deviendrait également numérique, une modernisation qui pourrait accélérer considérablement les processus administratifs et renforcer la transparence.

    LIRE AUSSI : 👇🏾👇🏾

    Par ailleurs, la décentralisation et l’accélération du développement local des territoires sont également au cœur des propositions. Cela pourrait non seulement améliorer l’efficacité administrative mais également favoriser une distribution plus équitable des ressources et des opportunités à travers le pays.

    Sur le plan institutionnel et politique, les propositions visent à construire des bases solides pour un futur stable : une future constitution rendue inviolable, le renforcement des droits des citoyens, et l’établissement d’un régime présidentiel. L’accent est également mis sur le renforcement du pouvoir judiciaire et de l’indépendance du conseil national de la Magistrature, essentiels pour lutter contre l’impunité.

    Création d’une école de journalisme

    Quant à la presse, elle ne serait pas laissée pour compte, avec la création proposée d’une école nationale de journalisme pour professionnaliser et affranchir les journalistes des influences politiques.

    LIRE AUSSI : 👇🏾👇🏾

    Ces propositions s’accompagnent d’une politique d’immigration plus stricte, d’un audit de tous les accords de coopération et d’une révision des conditions d’acquisition de la nationalité gabonaise, des mesures qui visent à fortifier la souveraineté et l’intégrité nationale.

    En conclusion, le rapport présenté par le professeur Boudzanga, propose une vision audacieuse et sans compromis pour le Gabon, soulignant un désir fervent de réforme et de renouveau voulu par les Gabonais qui ont massivement contribué à ces assises. Reste à voir comment ces propositions seront accueillies par les différents acteurs politiques et la population gabonaise, et quelle sera leur traduction concrète dans la législation et la pratique. Ce qui est clair, cependant, c’est que si elles étaient mises en œuvre, elles changeraient indéniablement le Gabon de manière significative sur le plan politique.

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x