mardi, juillet 16, 2024
More

    Gabon : clarifications nécessaires sur le rôle du nouveau Comité constitutionnel national 

    les plus consultés

    Dans le contexte d’une transition politique majeure, le Gabon se trouve à un carrefour décisif. La mise en place d’un Comité constitutionnel national le mardi 07 mai courant, par le communiqué 058, vient compliquer la compréhension des étapes suivantes pour l’avenir constitutionnel du pays. Alors que la population gabonaise est en droit d’attendre une feuille de route claire concernant la révision de la Constitution, des questions pertinentes émergent sur les rôles respectifs des différentes entités mises en place pour piloter cette transition.

    Le Comité constitutionnel national, coordonné par Murielle Minkoue-Mintsa, entourée de Zacharie Myboto et le révérend Béni Ngoua Mbina, désignés en tant que coordonnateurs adjoints, et constitué de 23 membres provenant de divers horizons, serait apparemment chargé de forger le nouveau texte fondamental gabonais. Sinon, pourquoi a-t-il été affublé de l’adjectif “constitutionnel” ?  

    Redondances et chevauchements

    En dehors de la coordination, le Comité constitutionnel national compte également trois rapporteurs, notamment Dr Alexis Nang Ondo, Abdu Razzaq Guy Kambogo et Gira Ondzangal, qui viennent enrichir le collège de leurs expertises. La présence de membres éminents du gouvernement de Transition, tels que la générale de division Brigitte Onkanowa et le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Paul Marie Gondjout, ajoute à cet organe une diversité de compétences.

    Par ailleurs, l’annonce par le président de la transition, le général de brigade Brice Clotaire Oligui Nguema, de la mise en place d’un comité de suivi le 30 avril dernier, suggère des redondances ou des chevauchements fonctionnels qui pourraient entraver le processus. En effet, le comité de suivi, selon le contexte énoncé par le président le 30 avril dernier, semble avoir un champ d’action plus restreint, axé sur l’évaluation et le suivi des résolutions du Dialogue national inclusif (DNI). Cette distinction porte à confusion : quel est exactement le rôle du nouveau Comité constitutionnel national si un comité de suivi avait pour mission de piloter les discussions et évaluations post-dialogue?

    LIRE AUSSI : 👇🏾 👇🏾

    Cette situation s’embrouille davantage avec l’anticipation de la mise en place d’une Assemblée constituante, traditionnellement responsable de l’élaboration et de la ratification de la nouvelle constitution. L’agenda et la redéfinition des attributions entre le Comité constitutionnel national, le comité de suivi, et l’Assemblée constituante nécessitent une clarification urgente pour assurer que tous les acteurs travaillent vers un objectif commun sans empiètement ni duplication des efforts.

    LIRE AUSSI : Gabon : clôture et remise du rapport du Dialogue national inclusif  

    La création de multiples structures peut aussi être vue comme une tentative de balancer les pouvoirs et d’assurer une couverture exhaustive du processus de transition. Cependant, sans une définition claire des responsabilités, ce paysage institutionnel complexifié risque de diluer les efforts et de retarder les progrès vers une démocratie renouvelée.

    Exigence démocratique

    Pour les citoyens gabonais, l’élucidation de ces questions n’est pas seulement une affaire de curiosité intellectuelle mais une exigence démocratique. La clarté dans la gouvernance de la transition est essentielle pour maintenir la confiance du public dans le processus. L’engagement envers la transparence et la communication effective sera crucial alors que le Gabon navigue dans cette période de changement historique, avec l’espoir de bâtir une fondation constitutionnelle solide et représentative.

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x