Port-Gentil : les centrales de production gabonaises à l’arrêt, Perenco une fois de plus à la potence

LE COFFRET

Dans la matinée du 28 avril 2022, une fuite a été détectée sur le bac R17 du Terminal Cap Lopez. Ce terminal est l’un des deux seuls centres de stockage de pétrole brut que compte le Gabon. Celui-ci est placé sous la diligence du groupe franco-britannique Perenco déjà épinglé par la justice gabonaise pour des faits de pollution environnementale. Une récidive qui cette fois-ci engendrera inévitablement des conséquences économiques pour le moins embarrassantes pour le pays et surtout les Gabonais. 

Il s’agit sans nul doute d’un des plus importants incidents survenus sur un site pétrolier au Gabon ces dernières années. Cela fait maintenant quelques jours que les installations du terminal-port pétrolier du Cap Lopez sont immergés en grande partie sous une lourde nappe de pétrole.  50.000 m3 soit 300.000 barils de pétrole brut en attente de chargement pour l’export se retrouve ainsi hors d’un réservoir défaillant, à quelques centaines de mètres de l’océan Atlantique.  

Le ministre gabonais du Pétrole et du Gaz, Vincent de Paul Massassa, se veut rassurant en indiquant  « qu’aucune pollution maritime n’a pu être constatée à ce stade », si tant est que le pétrole s’est répandu dans les merlons de rétention prévus pour pallier ce genre d’évènement malencontreux. De son côté, le directeur général de Perenco, Adrien Broche, assure avoir la situation sous contrôle dans un communiqué de presse authentifié par l’Agence France Presse (AFP). « Une enquête complète sur la cause de la défaillance du réservoir de stockage sera menée dans les meilleurs délais»,  précise ledit communiqué. 

Mais selon certains experts, pour remettre à flot le terminal désormais inexploitable, il faut compter une période d’un à deux mois minimum. La production de pétrole brut va de facto drastiquement diminuer. Même si la direction générale de Perenco se veut rassurante à ce niveau. « Bien que le pompage ait été immédiatement initié par les équipes, la fuite s’est amplifiée et le pétrole s’est répandu dans les bacs de rétention prévus à cet effet. L’intégralité du pétrole a pu être contenu dans les bacs de rétention et aucune pollution marine n’a pu être constatée à ce stade », précise-t-elle dans un communiqué.

Une situation inquiétante pour un pays dont le secteur pétrolier est le cœur même de la stratégie économique du Gabon. Malgré de multiples efforts de diversification, la rente pétrolière demeure le 1er secteur contributeur au budget national. La part du pétrole dans le PIB gabonais s’élève  à 38,5%. En 2021, le secteur a engrangé 90 milliard de bénéfices. 

Pour rappel, la production actuelle de pétrole au Gabon oscille entre 11 et 12 millions de tonnes par an pour une production journalière de 220.000 barils. Ce qui place le Gabon parmi les producteurs d’oir noir les plus performants en Afrique. 

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Marathon Day : 44 kits scolaires offerts par Bolloré et Owendo Container Terminal à Moanda

Dans le cadre de leur politique RSE en faveur des populations locales, Bolloré Transport & Logistics Gabon et Owendo...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x