mardi, juillet 16, 2024
More

    Dialogue national inclusif : Oligui Nguema ouvre officiellement les travaux  

    les plus consultés

    Au cœur d’un gymnase vibrant d’attentes et d’espoirs, le Dialogue national inclusif a été officiellement lancé ce 2 avril 2024, marquant le début d’un mois de travaux intensifs. Cet événement historique, placé sous l’égide du divin par les organisateurs, a vu le général Brice Clotaire Oligui Nguema prononcer des mots forts : « Peuple gabonais, c’est enfin notre essor vers la félicité. Honneur et fidélité à la Patrie. Je déclare ouverts les travaux du Dialogue National Inclusif. Plein succès à ces travaux ». Ces paroles résonnent comme le préambule d’une odyssée collective vers un Gabon rêvé, uni et fructueux.

    Un engagement divin et patriotique

    L’implication de l’armée dans cet élan national a été soulignée, tout comme l’importance cruciale du clergé et de l’église, désignés pour veiller spirituellement sur le déroulement du Dialogue national inclusif. La convocation à la responsabilité et au patriotisme de chaque participant par le général Brice Clotaire Oligui Nguema, en mémoire des figures de proue de la nation, témoigne de la profondeur et de la gravité de l’engagement en cours. « L’armée a fait sa part. Il revient donc au clergé, à l’église, de faire la leur. C’est donc dire, que le Dialogue National Inclusif,  nous l’avons mis sous le seau de Dieu« , a déclaré le président de la Transition. Un air d’unanimité spirituelle et patriotique plane, promettant un horizon d’entente et de progrès pour le Gabon.

    Un soutien régional inestimable

    La présence du président de la République centrafricaine, Pr. Faustin Archange Touadera, en tant que facilitateur de la conférence des Chefs d’État de la CEMAC, insuffle une dimension régionale d’une importance capitale à ces assises. Son rôle ne se limite pas à une simple participation ; il symbolise le soutien et l’engagement solidaire des nations voisines envers le Gabon dans sa quête d’harmonie, de stabilité et de développement durable. 

    Cette implication témoigne de la reconnaissance mutuelle des défis similaires auxquels font face les pays de la CEMAC et de la volonté commune de les surmonter. Ainsi, la figure de Pr. Touadera incarne l’espoir d’une collaboration transfrontalière renforcée, essentielle pour la prospérité et la sécurité de toute la région. Sa participation assure non seulement une légitimité supplémentaire au Dialogue national inclusif mais ouvre également la porte à de futures initiatives interétatiques pour la paix et le développement en Afrique centrale.

    Une affluence record et historique

    Le nombre record de participants, soit 675 participants pour être précis, reflète l’intérêt et l’espoir que suscite le Dialogue national inclusif et confirmerait le caractère “souverain” de ces assises, assure le général. Qui plus est, contrairement aux précédentes rencontres nationales à caractère purement politique, ce dialogue se distingue par sa diversité et son inclusivité, réunissant une mosaïque de la société gabonaise. En cela, il représente un tournant décisif, une opportunité de diagnostiquer et de remodeler le visage du Gabon, loin des tumultes et des échecs des cadres précédents.

    La présidence des confessions religieuses : un symbole fort

    Le choix des confessions religieuses pour conduire la présidence du bureau du Dialogue national inclusif n’est pas anodin. Cela symbolise non seulement l’aspect divin sous lequel ce dialogue est placé, mais souligne également une volonté d’impartialité et de sagesse dans la conduite des débats. Les leaders religieux, souvent perçus comme des figures de moralité et d’équité, sont désignés pour guider ce navire gabonais vers des eaux plus calmes et prospères. L’archevêques de Libreville, Jean-Patrick Iba-Ba en a reçu la responsabilité. 

    Des objectifs clairsemés d’espoir

    Le dialogue ne se limite pas à une enceinte pour débattre ; il est envisagé comme un laboratoire d’où émergeront des idées novatrices. L’objectif ? Réviser la Constitution, garantir des élections justes, et jeter les bases d’une société plus juste et démocratique. Les mots du général Oligui Nguema dessinent les contours d’un Gabon rénové, où justice sociale, démocratie et état de droit ne sont plus des idéaux mais des réalités tangibles.

    Vers un renouveau gabonais

    En somme, le Dialogue national inclusif porte en lui la promesse et le défi d’une transformation profonde du Gabon. Il s’agit d’une quête collective pour la dignité, l’unité et la réconciliation nationale. À travers un exercice de franchise et un retour aux valeurs fondamentales, ce dialogue s’érige en pilier d’un Gabon rajeuni, aspirant à un modèle de gouvernance où chaque citoyen se voit garant de l’avenir de la nation.

    Ainsi commence le chapitre d’une renaissance gabonaise, avec la bénédiction des anciens et la ferveur des nouveaux gardiens de la patrie. « Sur ces mots, j’en appelle à la responsabilité et au patriotisme de tous, pour qu’en août, uni dans la Concorde et la fraternité, le Gabon rêvé par nos ancêtres, nos pères et nos aînés, tels que Mbombé, Wongo, Emane Tole, Léon MBA, Renée Paul Soussat, Germain Mba, Paul Indjendjet Gondjout, Omar Bongo, Ndouna Dépeneaud, Simon Oyono Aba’a, Joseph Rendjambe, Martine Oulabou, Pierre Mamboundou, s’éveille et demeure digne d’envie« , a insisté le général Brice Clotaire Oligui Nguema. Ainsi soit-il. 

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x