Les Etats-Unis renouvellent leur engagement durable envers le Bassin du Congo

LE COFFRET

Le gouvernement des États-Unis a renouvelé son engagement de longue date en faveur de la protection, de la conservation et de la gestion durable du Bassin du Congo. Un engagement matérialisé avec le lancement à Libreville, le 05 juillet dernier à Libreville au Gabon, de la quatrième phase du Programme régional pour l’environnement en Afrique centrale de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), également connu sous le nom de CARPE.

L’ambassade des États-Unis à Libreville a détaillé l’engagement renouvelé du gouvernement américain envers le bassin du Congo, la deuxième plus grande forêt tropicale humide du monde, lors de la réunion des parties du partenariat pour les forêts du bassin du Congo (PFBC) qui s’est tenue du 5 au 8 juillet 2022 à Libreville, au Gabon.

Lancé par l’ancien secrétaire d’État américain, Colin Powell, et les chefs d’État d’Afrique centrale lors du Sommet mondial sur le développement durable de 2002 à Johannesburg, le PFBC est un partenariat multipartite visant à promouvoir la conservation de la biodiversité et la gestion durable des écosystèmes forestiers, à lutter contre le changement climatique et à réduire la pauvreté dans les pays d’Afrique centrale.

À ce jour, USAID/CARPE, en partenariat avec le United States Fish and Wildlife Service et le United States Forest Service, a investi plus de 650 millions de dollars (près de 422 milliards de FCFA) dans la recherche, la cartographie et la conservation de la biodiversité, l’amélioration des moyens de subsistance, le développement économique et l’atténuation du changement climatique depuis 1995, à travers les trois premières phases de CARPE.

La délégation américaine fut dirigée par le Dr Diana Putman, administratrice adjointe par intérim du bureau de l’USAID pour l’Afrique. Le Dr Putman a passé la majeure partie de sa vie à l’étranger et a travaillé pour USAID pendant 39 ans, dont 5 ans en tant que directrice de mission en République démocratique du Congo, où elle a supervisé CARPE.

Parmi les principales réalisations de CARPE dans la région, citons :

  • La sensibilisation du monde entier à la forêt du bassin du Congo en tant qu’écosystème d’importance mondiale pour la biodiversité et l’atténuation du changement climatique.
  • Le soutien de certains des travaux de télédétection des plus importants au monde, lesquels ont conduit à une capacité de surveillance des forêts en temps quasi réel.
  • Le développement de quatre guides de planification du paysage pour la gestion forestière qui sont maintenant adoptés par tous les pays membres du PFBC par le biais de la Commission des forêts d’Afrique centrale.
  • Le développement de l’outil de surveillance et de rapports spatiaux connu sous le nom de SMART dans les zones protégées de toute la région, afin de garantir que les décisions de gestion des parcs soient fondées sur les meilleures informations possibles.
  • Le renforcement de l’application de la loi sur la faune à travers de nombreuses zones protégées majeures en Afrique centrale, qui montre un impact significatif en termes de réduction du braconnage.

CARPE IV s’appuiera sur les succès antérieurs et les leçons apprises et soutiendra la vision d’un Bassin du Congo avec des écosystèmes sains et un leadership local dynamique qui soutient la stabilité et la prospérité des communautés.

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dernière Publication

Fermeture de GaboPrix Poste Akébé : le coup de com’ de la DGCC

Ce mercredi 28 septembre 2022, les internautes et autres observateurs de la vie économique du Gabon, ont assisté à...

Top 5 des articles les plus lus par nos lecteurs

Nos lecteurs ont aussi aimé cet article

Soutenez la presse libreChoisissez une offre
+
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x