mercredi, juillet 24, 2024
More

    Le Gabon et la question de la dépendance au FMI : évolution ou entrave au développement ?

    les plus consultés

    En marge des Assemblées de printemps du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale (BM), les discussions entre les représentants gabonais du gouvernement de la Transition et le directeur du département Afrique du FMI, Abebe Aemro Selassie, ont offert une plateforme pour discuter de l’avancement des réformes économiques au Gabon. Cette réunion fait suite à la mission du FMI au titre de l’article IV à Libreville, et semble marquer une étape importante dans la relation entre le Gabon et cette institution financière internationale.

    Lors de cet échange, le ministre de l’Economie et des Participations Mays Mouissi Kinga et celui des Comptes publics Charles M’BA ont mis en avant les progrès effectués depuis la prise de pouvoir par les militaires regroupés au sein du Comité pour la transition et la restauration des institutions (CTRI), le 30 août 2023. Ils ont également réitéré l’engagement du pays à poursuivre les réformes nécessaires pour améliorer la gestion des finances publiques et la transparence. Cet engagement montre une volonté de remodeler l’économie gabonaise de manière plus durable et transparente.

    Réformes économiques : enjeux et perspectives

    Alors que le Gabon continue de se transformer sous l’influence des réformes dictées par les entités financières internationales telles que le FMI, la question demeure : ces réformes mèneront-elles à une autosuffisance économique ou augmentent-elles la dépendance du pays aux institutions de prêt ? Ce dilemme soulève des préoccupations sur le véritable bénéficiaire de telles interventions et emprunts. Pourtant, il n’y a pas si longtemps, l’ancien activiste économique remettait en question la pertinence d’un nouveau prêt qui était fait par ce même FMI sous le régime déchu d’Ali Bongo. En effet, dans une interview accordée à nos confrères de Gabonactu.com en août 2021, Mays mouissi déclarait ceci : 

    « Ni le Gabon, ni le FMI n’ont souhaité faire un bilan du précédent programme (prêt sur 3 ans dès  2019, ndlr) », avant d’ajouter « j’observe que les objectifs du nouveau programme qui vient d’être signé sont à peu près les mêmes que ceux du précédent programme ». La situation financière du Gabon aurait-elle drastiquement changée au point de s’intéresser à un nouvel endettement aujourd’hui ?

    Défi de la dette et autonomie financière

    Le débat sur la dette souveraine et son impact sur le développement économique est intense. Chaque prêt du FMI, bien que nécessaire sous certains aspects, vient avec des intérêts qui pèsent lourdement sur l’économie gabonaise. La dépendance continue aux prêts et aides extérieures entrave-t-elle l’autonomie financière à long terme du Gabon? Cette question est au cœur des préoccupations de nombreux citoyens et économistes.

    Sources de financement du FMI et implications pour le Gabon

    Les fonds du FMI proviennent largement des contributions des pays membres et des accords de prêt. Mais qui profite réellement de ces arrangements ? Pendant que les pays en développement luttent pour rembourser ces dettes, le modèle actuel favorise-t-il réellement leur croissance ou les maintient-il dans un cycle de dépendance financière?

    Réflexion sur les paroles de Thomas Sankara

    La critique de Thomas Sankara sur la dette comme outil de néocolonialisme résonne particulièrement dans ce contexte. Elle invite à une réflexion profonde sur les méthodes de financement et pose la question de savoir si les stratégies actuelles de financement international bénéficient véritablement à des pays comme le Gabon ou si elles ne font que perpétuer un état de dépendance.

    En définitive, la situation du Gabon face au FMI illustre la complexité des interactions entre les pays en développement et les institutions financières internationales. Alors que les réunions à Washington ont certainement offert une opportunité de présenter les progrès du Gabon, elles soulèvent également des questions importantes sur l’avenir de sa souveraineté économique. Seul le temps dira si les réformes actuelles favoriseront une véritable indépendance ou si elles ancreront davantage la dépendance du pays au FMI.

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x