mercredi, juillet 24, 2024
More

    Gabon : quels efforts du gouvernement de la transition pour résorber le chômage ?

    les plus consultés

    Depuis le 30 août 2023, date à laquelle le Gabon a entamé une période de transition politique, le gouvernement s’est engagé à mettre en place des mesures visant à résorber le chômage dans le pays. Conscient des défis socio-économiques auxquels il est confronté, le gouvernement conduit par le Premier ministre Raymond Ndong Sima a adopté une approche proactive et diversifiée pour créer des opportunités d’emploi et favoriser l’épanouissement professionnel des Gabonais.

    L’Etat gabonais envisage d’augmenter les effectifs au sein de la Fonction publique en 2024. Ce sont 9678 nouveaux agents qui sont attendus, avec une hausse de la masse salariale de 80,6 milliards de fcfa, selon le projet de loi de finances 2024 en cours de promulgation. Cependant, plus de  100 000 Gabonais qui ont déposé leurs dossiers de demande d’emplois depuis septembre 2023 ne savent pas à quel saint se vouer. 

    Le taux de chômage au Gabon est l’un des plus élevés au monde, atteignant 22%. Ainsi, malgré ces quelques recrutements, ce sont donc plus de 100000 Gabonais qui demeurent sans emploi. Chez les jeunes, la situation est encore plus critique avec plus de 38% de jeunes touchés par le chômage, selon les derniers chiffres de la Banque mondiale. Comment l’Etat compte-t-il réduire ou endiguer ce phénomène qui pourra être source de tensions sociales pour le pays dans les mois à venir ?

    Au-delà des traditionnels recrutements à la fonction publique, le gouvernement de la transition a promis de mettre en place plusieurs initiatives novatrices pour stimuler l’emploi et encourager l’entrepreneuriat. 

    1. Promotion de l’entrepreneuriat : le gouvernement de la transition de Raymond Ndong Sima encourage la création d’entreprises en offrant des incitations fiscales et en facilitant les démarches administratives. Des programmes de formation et d’accompagnement sont également mis en place pour soutenir les entrepreneurs dans leurs projets. Il suffit de se rendre à l’Agence nationale de promotion des investissements (ANPI-Gabon) pour consulter le catalogue des formations. Quant aux exonérations fiscales actuelles accordées par la Direction générale des impôts, elles portent essentiellement sur les principaux impôts en vigueur à savoir, l’impôt sur les sociétés (IS), l’Impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPP) et la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA).

    2. Développement des secteurs d’avenir : le gouvernement a identifié, depuis la gouvernance du régime déchu, les secteurs à fort potentiel de croissance tels que les énergies renouvelables, les technologies de l’information et de la communication, l’agriculture durable, etc. Des investissements devraient être réalisés dans ces domaines afin de créer des emplois durables et attractifs. Une continuité des engagements pris par le Gabon vis-à-vis de la Banque mondiale en 2022. « Le Gabon a l’opportunité de développer de nouveaux secteurs prometteurs pour alimenter une croissance durable, résiliente et inclusive, qui profiterait significativement au pays dans les prochaines années », expliquait Aissatou Diallo, représentante résidente de la Banque mondiale pour le Gabon.

    3. Renforcement du secteur privé : l’Etat promet de faciliter l’accès au financement pour les petites et moyennes entreprises (PME) en travaillant en collaboration avec les institutions financières et en mettant en place des mécanismes de garantie. Des partenariats public-privé sont également encouragés pour favoriser l’investissement et la création d’emplois. 

    4. Formation professionnelle : le gouvernement de la transition investit dans la formation professionnelle en développant des programmes adaptés aux besoins du marché du travail. Des centres de formation sont créés pour permettre aux jeunes et aux demandeurs d’emploi d’acquérir les compétences nécessaires pour intégrer le marché de l’emploi.

    5. Promotion de l’économie informelle : le gouvernement reconnaît l’importance de l’économie informelle dans la création d’emplois. Des mesures sont prises pour formaliser et soutenir ce secteur, notamment en offrant des formations et un accès facilité aux services financiers. Une caravane test, dénommée ANPI-Mobile pour la formalisation de l’informel, a été lancée du 6 au 20 décembre 2023 par l’Agence nationale de promotion des investissements (ANPI-Gabon).

    Le gouvernement de la transition semble mettre tout en œuvre pour diversifier l’économie gabonaise et réduire la dépendance vis-à-vis du secteur pétrolier. Il s’est engagé également à renforcer la transparence et à lutter contre la corruption, créant ainsi un environnement favorable aux investissements.

    Cependant, il est important de souligner que résorber le chômage est un défi complexe qui nécessite une approche holistique. Une réalité que reconnaît le gouvernement de Raymond Ndong Sima qui travaille en étroite collaboration avec les acteurs du secteur privé, la société civile et les partenaires internationaux pour trouver des solutions durables. 

    Si le déploiement des efforts du gouvernement de la transition pour résorber le chômage et créer des opportunités d’emploi est à féliciter, il n’en demeure pas que la transparence sera son meilleur allié. Au-delà des recrutements insignifiants à la fonction publique, des mesures mises en place pour favoriser l’entrepreneuriat, développer les secteurs d’avenir, renforcer le secteur privé, le gouvernement a du pain sur la planche. C’est grâce à une approche diversifiée et collaborative que le Gabon pourra relever ce défi socio-économique majeur.

    Dans la même catégorie

    Laisser un commentaire

    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires

    Derniers articles

    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x